Bastogne - Vielsalm

La faillite de Qualibeef et de sa filiale signifie aussi le licenciement de 54 personnes, soit 48 pour Qualibeef et 6 pour AMB.

L'entreprise Qualibeef, ex-Veviba, située à Bastogne a été déclarée en faillite mardi par le tribunal de l'entreprise de Liège, division de Neufchâteau, annonce mercredi la RTBF. Veviba, s'était retrouvée au cœur d'un scandale sanitaire en mars 2018, lorsque le ministre fédéral de l'agriculture Denis Ducarme et l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) avait retiré l'agrément à l'entreprise à la suite d'une perquisition dirigée par un juge d'instruction sur le site de l'entreprise bastognarde comptant un abattoir, un atelier de découpe et un surgélateur industriel.

Des infractions relatives à des falsifications des renseignements sur la date de congélation de la viande et à une non-conformité des produits avaient été évoquées. Un changement de nom en Qualibeef et de management avait été opéré en vue de pouvoir relancer l'entreprise. Qualibeef s'était néanmoins retrouvée en procédure de réorganisation judiciaire avec des dettes s'accumulant. Le congélateur industriel contenant 650 tonnes de viande était toujours sous scellés à la suite de l'instruction judiciaire. Une mesure représentant un coût pour l'entreprise qui devait toujours le maintenir "allumé" mais tout en ne pouvant y avoir accès. Les scellés ont néanmoins été levés et la viande complètement évacuée début août.

La faillite de Qualibeef et de sa filiale "Abattoir et marche de Bastogne" (AMB) signifie aussi le licenciement de 54 personnes, soit 48 pour Qualibeef et 6 pour AMB. Ce personnel avait déjà dû être mis au chômage économique. "Le site reste un un fleuron en Wallonie. Il est désormais complètement nettoyé. Il y a donc un réel espoir de trouver un repreneur, puisqu'il y déjà des marques d'intérêt, et une possibilité pour le personnel licencié de retrouver de l'emploi", a indiqué à l'agence Belga, Jean-Charles Mottet, l'un des administrateurs provisoires, désigné en mai dernier, dans le cadre de la procédure de réorganisation judiciaire.

Les candidats repreneurs peuvent se manifester, sur la base d'un cahier des charges, d'ici le 15 septembre. Les offres seront examinées par les administrateurs provisoires et les propriétaires, dont l'intercommunale Idelux qui a la propriété immobilière.

A noter que la procédure pénale est complètement indépendante de la procédure devant le tribunal de l'entreprise, ayant finalement débouché sur une faillite. L'instruction judiciaire concernant Veviba est d'ailleurs toujours en cours.