Une prime sera octroyée aux associations pour le transport de personnes.

Depuis le mois de mai, les associations de la commune de Gouvy ne peuvent plus utiliser le bus communal. Une décision prise par le collège à la suite d’une analyse juridique dont les résultats ont démontré que les utilisateurs doivent avoir un lien direct avec la commune. Un marché public a, dès lors, été conclu avec un opérateur privé pour la période intermédiaire en attendant que le collège mette en place un système d’aide au transport.

Au récent conseil communal, la bourgmestre Véronique Léonard a proposé aux mandataires d’approuver une prime pour le transport de personnes organisé par des associations de la commune de Gouvy. Ce soutien financier, plafonné à 500 euros, consiste à payer une partie de la facture pour le transport d’un minimum de 25 personnes.

Toujours au rayon des soutiens financiers, le collège a transformé un subside en prime pour les formations brevetées visant l’encadrement des jeunes. La commune interviendra dorénavant à hauteur de 50 % dans le coût de la formation. Dans ce cas, le plafond a été fixé à 100 euros.

Tous les dossiers ont été votés à l’unanimité à l’exception de l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale de Vivalia programmée le 17 décembre. La minorité a voté contre en raison, a expliqué Guy Schmitz, du manque de cohérence, voire des contradictions, entre d’une part, les plans de gestion et d’investissements prioritaires durant la phase intermédiaire, d’autre part, les mesures de restructurations et les chiffres du budget 2020.

Le mandataire de la minorité a pointé du doigt notamment l’augmentation de la participation des communes dans le financement de l’AMU ainsi que les maisons de repos de Vielsalm et Chanly. Ces dernières présentées comme des investissements avec des résultats positifs, se retrouvent aujourd’hui largement déficitaires. Il s’est étonné qu’aucune mesure d’économie ne soit annoncée. "Nous ne pouvons donner une telle autorisation de dépense", a-t-il conclu.

N.L.