Bastogne - Vielsalm Le contrat avec Engie-Electrabel, préalable à l’implantation d’un parc éolien, divise le conseil.

Nouvelle levée de boucliers, contre l’éolien, au conseil communal de Houffalize. Après l’inscription controversée d’un montant de 35 000 euros au budget 2019 pour la réalisation d’une étude relative à l’implantation d’un parc éolien sur un terrain communal, en décembre dernier, c’est le contrat préalable à l’installation provisoire d’un mât de mesure de l’activité des chauves-souris, le long de l’autoroute E 25, près de Mabompré, à conclure avec la société Engie-Electrabel, qui a été vivement contesté.

"L’ancienne commune de Mabompré intéresse les promoteurs car elle correspond au cadre fixé par la Région wallonne, dans le sens où elle se situe en bordure d’une fracture d’un massif forestier ", a précisé l’échevin Philippe Cara. "Cinq promoteurs ont déjà manifesté de l’intérêt pour ce site. Cela dit, à ce stade, nous ne savons pas si ces projets se concrétiseront ni combien d’éoliennes y seront érigées."

À la demande d’Engie-Electrabel, le collège a accepté, sous réserve de l’approbation du conseil communal, de louer un terrain, en bordure de l’autoroute, pour un montant de 1 500 euros. Un mât doit y être installé pendant un an afin de préciser l’impact d’un éventuel parc éolien sur les chiroptères. "Des frais vont être engagés pour aboutir à la conclusion que l’on dénombre, par exemple, le passage de 20 chauves-souris à l’heure ", a réagi Albert Lamborelle, conseiller de la minorité. "Cette démarche n’a aucun sens quand on sait que les éoliennes représentent une réelle catastrophe pour l’avifaune. Les villages de Mont, Wibrin, Bonnerue et Mabompré seront, par ailleurs, impactés tant par le bruit qu’au niveau paysager."

L’échevin a précisé que cette location ne signifie pas que le collège est favorable à tous les projets éoliens portés par les promoteurs. "Le collège essaie de garder la mainmise sur ces projets. Nous voulons les canaliser pour éviter précisément qu’ils ne nuisent aux habitants", a-t-il conclu.

Le contrat avec Engie-Electrabel a été voté majorité contre opposition.

Nadia Lallemant