Bastogne - Vielsalm Nouvelle diminution des rentrées des ventes de bois. L’année 2020 risque d’être critique

Un mois avant la présentation du budget 2020, la dernière modification budgétaire de l’année a été présentée, au conseil communal de Vielsalm, par le premier échevin Thibault Willem.

A l’ordinaire , une recette de 200.000 euros en moins est inscrite pour la vente de bois. En effet, le collège table à présent sur une rentrée de 300.000 euros alors que 500.000 euros étaient inscrits au budget 2019. En 2018, le montant relatif aux ventes de bois s’élevait à 750.000 euros.

"Cette nouvelle baisse s’explique par la conjoncture actuelle liée à la crise des scolytes et à la faible vente de printemps enregistrée début d’année", a souligné l’échevin. "La vente d’automne, programmée le 8 novembre ne devrait pas permettre de redresser la barre."

L’échevin a rappelé que, dès l’installation du gouvernement wallon, la commune de Vielsalm a, comme d’autres, interpellé la ministre Céline Tellier, afin de la sensibiliser au manque à gagner important pour les communes rurales et boisées en raison de la crise des scolytes.

"Une étude universitaire lancée pour évaluer ce manque à gagner et plancher sur un mécanisme de soutien serait en préparation", a-t-il poursuivi. "Nous verrons si une solution nous parviendra avant la confection du budget."

Le conseiller de la minorité François Rion a évoqué les problèmes similaires rencontrés par les communes privées de ventes de bois en raison de l’interdiction de l’exploitation forestière dans les zones infectées par la peste porcine africaine.

"Les communes du sud de la province ne peuvent pas vendre aujourd’hui mais elles n’auront pas de perte de revenus à long terme", a rétorqué le bourgmestre Elie Deblire. "A Vielsalm, on est obligé de vendre des bois à 20 euros/m3 au lieu de 65 euros. Nous sommes impactés directement d’où il est nécessaire qu’une aide directe nous soit attribuée."

Le bourgmestre a conclu en disant que si les ventes de bois ne sont pas bonnes la commune pourra passer le cap cette année mais que la situation financière risque de devenir critique dès 2020.

N.L.