Dimanche, des habitants de Burtonville et de Neuville se sont réunis pour faire le point sur le projet de lotissement présenté lors de la réunion d’information préalable (RIP) du 31 mars dernier.

Une quarantaine de personnes étaient présentes à la salle l’Aurore à Burtonville. Elles dénoncent la totale disproportion d’un projet de construction de 55 habitations joint à un village de caractère qui en compte un nombre équivalent. 

Une pétition vient d’être lancée. Elle sera remise au collège communal et aux promoteurs  ce jeudi. Le texte rédigé par les opposants s’appuie sur la « Déclaration de politique générale du Gouvernement wallon 2019-2024 », principalement le chapitre 14, ainsi que sur les outils mis à la disposition des services tel le " Référentiel des quartiers durables" édité par la Région Wallonne.

Voici les principaux arguments développés par les riverains :

· Ce projet est contraire à la nécessité de préserver les terres agricoles et de restreindre l’artificialisation des espaces naturels. L’élaboration du plan de secteur remonte au début des années ’70 . Après cinquante ans sans révision sérieuse, celui-ci ne répond plus aux nécessités contemporaines.

· Ce projet est mal localisé au regard des critères de la Région Wallonne, vu l’éloignement des services tels que la gare, les écoles, crèches … Il ne répond absolument pas aux objectifs de densification des centres déjà urbanisés. En outre, il ignore totalement le projet communal de mise en œuvre de la ZACC (Zone d’Aménagement Communal Concerté) de Cahay-Neuville

· L’ampleur du projet est totalement disproportionnée par rapport au village existant et va ruiner ses caractéristiques historiques et patrimoniales. Le plan de secteur a d’ailleurs reconnu le caractère exceptionnel du patrimoine en plaçant le village en "Périmètre d’Intérêt Culturel, Historique ou Esthétique". Un bâtiment exceptionnel a fait l’objet d’un classement à titre de monument.

 · Le projet est auto-centré et ne tient pas compte du fonctionnement actuel du village. Il propose des lieux communs, négligeant les centres de convivialité déjà présents qui se sont développés par la force des liens sociaux qui unissent la vie rurale.  Il risque de devenir une cité dortoir, ne prévoyant aucun service direct. Il enlève tout espoir de production agricole conventionnelle et empêchera toute reconversion vers n’importe quelles autres formes de productions alimentaires telles qu’elles sont préconisées dans les objectifs de résilience alimentaires.

· Les capacités du site sont insuffisantes. Les riverains citent de nouveau les difficultés d’approvisionnement en eau, l’accès à internet est problématique, le traitement par infiltration des eaux usées met en danger le captage d’eau d’une ferme adjacente.

· Enfin, Le charroi automobile occasionné sera largement supérieur à la capacité des liaisons routières rurales. La traversée matin et soir de la centaine de véhicules supplémentaires estimés rendra la fréquentation des rues des villages de Neuville et Burtonville extrêmement dangereuse.