Les occupants d’une habitation, dont la façade a été emboutie, ne se sentent plus en sécurité

Alice, maman de deux fillettes de 4 ans, est en colère. En cause ? Les accidents à répétition sur la N 68 dans son quartier de la rue du Rocher-de-Hourt à Grand-Halleux (Vielsalm). Le dernier en date s’est produit mardi en face de chez elle. Une voiture a fait une sortie de route et est entrée dans la propriété de ses voisins. Un accident de trop qui l’a poussée à monter au créneau.

"Cette route, légèrement inclinée, avec un double virage en S, est dangereuse, et rien n’est fait pour la sécuriser", déplore-t-elle. "En novembre 2018, j’ai demandé au SPW de ramener la limitation de vitesse à 50 km/h au lieu de 70. On m’a répondu que la limitation actuelle est cohérente par rapport à la configuration des lieux."

Le 8 novembre dernier, soit une dizaine de jours avant la récente sortie de route, c’est la façade de sa maison qui a été emboutie. "Mon compagnon et moi avons été réveillés en sursaut par le bruit à 5 h 30", se souvient-elle. "Le mur a été endommagé à un point tel qu’il faudra le démonter et le reconstruire. J’ai été effrayée car à trente centimètres près, la voiture entrait dans le salon."

Depuis, Alice ne se sent plus en sécurité chez elle. "Lorsque mes filles jouent dans le salon, je redoute qu’un camion rate le virage et percute la façade. J’ai contacté le bourgmestre pour qu’il intervienne auprès du SPW."

Le bourgmestre Elie Deblire a relayé la demande au SPW et à la police de la zone Famenne Ardenne. "Dans les courriers, j’ai décrit l’endroit et insisté sur le fait que la vitesse du trafic pose problème", précise-t-il. "J’ai demandé à la police de la contrôler régulièrement et de placer un radar fixe permanent. A la direction du SPW à Arlon, j’ai suggéré une modification du marquage au sol, soit une ligne continue pour interdire les dépassements, et une prolongation de la zone 50. J’ai demandé que la façade soit protégée par une glissière de sécurité ou des plots."

Nadia Lallemant