Bastogne - Vielsalm L’œuvre d’art de Jef Aérosol est exposée devant l’entrée du BWM jusqu’en janvier 2020.

Un message de paix sur une machine de guerre : le Sherman M4A1, graffé par l’artiste de Street Art Jef Aérosol, a été dévoilé, vendredi, devant l’entrée du Bastogne War Museum.

"Ce char est lié au symbole de la libération des territoires", a souligné le bourgmestre Benoît Lutgen. "Grâce à l’artiste, il véhicule un message de paix et de tolérance, de lutte contre le racisme et les extrémismes. Il évoque la Seconde Guerre Mondiale mais aussi les conflits actuels qui font des victimes civiles et militaires."

Ce Sherman de 1942 étoffe l’exposition "Art Liberty, from the Berlin Wall, to Street Art"" composée de morceaux du mur de Berlin dans laquelle l’artiste français occupait déjà une place importante. "Jef Aérosol a réalisé cette œuvre d’art entre le 2 et le 7 mai dernier devant le mémorial des civils de Falaise, à la demande du Mémorial de Caen, dans le cadre des commémorations du 75e anniversaire du débarquement en Normandie", a précisé Mathieu Billa, directeur opérationnel du BWM. "Des visages de civils et militaires ont été réalisés au pochoir sur base de clichés pris lors des confits armés de ces 75 dernières années. Ce char de la paix qui montre le désarroi des victimes, dénonce l’absurdité de la guerre et rend un hommage aux victimes actuelles des conflits."

Le bourgmestre a rappelé la triple fonction de cette exposition, artistique mais aussi mémorielle et pédagogique, et les trois événements qui se croisent, en 2019, le 75e anniversaire de la bataille des Ardennes, le 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide, dont l’effondrement du mur aura été le symbole le plus puissant. En marge de cette exposition, la journée du 9 novembre sera dédiée à ce 30e anniversaire avec des activités artistiques et pédagogiques au Bastogne War Museum. Le Sherman, prêté par la communauté de communes du Pays de Falaise, devrait quitter Bastogne en janvier 2020.