Philippe Antoine a succédé, en juin dernier, à Florent Maire au poste de directeur de l’usine Valvert d’Etalle. Biochimiste de formation, originaire d’Engreux, dans la commune d’Houffalize, il travaille dans l’entreprise déjà depuis 23 ans. Il a occupé plusieurs postes au sein de la production et des départements santé, sécurité et environnement. Il revient sur son parcours.

" Je suis très heureux de reprendre la direction de l’usine Valvert, dont je fais partie depuis de très nombreuses années, souligne-t-il. Etalle et cette usine, c’est un peu comme ma deuxième maison. Je m’y sens chez moi. Je suis fier d’endosser cette nouvelle fonction et de continuer dans le sillage de mon prédécesseur. Mon objectif maintenant est de continuer de poursuivre le développement de nos activités de préservation de l’environnement et de la biodiversité afin de contribuer à protéger le patrimoine naturel de notre magnifique région et d’aider au développement de notre fleuron local Valvert."

En tant que directeur de l’usine Valvert, Philippe Antoine assure l’embouteillage de l’eau pour ses deux marques d’eau locales, Valvert et Nestlé Pure Life. Pour cela, il gère une équipe de 65 personnes, avec des pics pouvant atteindre environ 85 collaborateurs durant la haute saison entre mars et juillet.

Très attaché au pays gaumais, il a particulièrement à cœur de poursuivre le développement des initiatives environnementales et est en contact régulier avec les agriculteurs de la région. Depuis 2018, Nestlé Waters, via sa filiale Agrivair qui œuvre à la préservation des ressources en eau, travaille avec la commune d’Etalle et les agriculteurs de la zone de captage de l’eau pour protéger les sources avoisinantes et la forêt.

Dans une zone d’environ 40 hectares autour d’Etalle, à Chantemelle, une agriculture durable et biologique est pratiquée afin de protéger le sol et par conséquent la qualité de la nappe phréatique. Philippe Antoine a également participé activement au lancement des bouteilles en plastique recyclé en 2019.

Cette bouteille, fabriquée à partir de 100% de rPET, était une première en Belgique et la marque poursuit actuellement ses efforts vers encore plus de circularité. Elle s’apprête d’ailleurs à utiliser des films d’emballage contenant 50% de plastique recyclé d’ici la fin de cette année.

Ces innovations locales chez Valvert sont la concrétisation de l’ambition du groupe Nestlé de rendre ses emballages 100 % recyclables ou réutilisables à l’horizon 2025 et de faire en sorte qu’aucun de ses emballages, y compris les plastiques, ne termine dans les décharges ou sous forme de déchet.

Enfin, l’entreprise Valvert suit les récents engagements de Nestlé en matière d’agriculture régénératrice et de régénération des cycles de l’eau avec l’objectif de retenir plus d'eau dans la nature que l'entreprise n'en utilisera dans le cadre de ses activités et ce, d’ici 2025.

Pour y arriver, Philippe Antoine et ses équipes travaillent sur trois projets concrets en partenariat avec des experts locaux : Valvert veut arriver à rediriger les eaux claires d’un lavoir à Buzenol vers leur milieu naturel de sorte qu’elles ne se mélangent pas aux eaux usées, améliorant ainsi les performances de la station d’épuration locale ; la remise sous eau d’une tourbière en face de l’usine pour y recréer une zone humide, idéale pour la biodiversité et, enfin, la remise sous eau d’une roselière à Sainte-Marie-sur-Semois.

A terme, toutes ces initiatives locales permettront à Nestlé de remplir les objectifs de durabilité que l’entreprise s’est fixés : réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et parvenir à zéro émission nette de CO2 d’ici 2050.