Bastogne - Vielsalm Cynorhodon a conclu un partenariat avec la commune salmienne et les Hautes Ardennes

Les Hautes Ardennes vient de mettre à la disposition de Cynorhodon, un centre d’insertion socioprofessionnel, un terrain de 100 m2, entre le Foyer La Hesse et la polyclinique Saint-Gengoux, à Vielsalm, pour y développer un projet de jardin collectif. Une première en province de Luxembourg.

"Ce jardin collectif s’inscrit dans le cadre de KreaVert, un projet transfrontalier cofinancé par le FEDER dans le cadre d’Interreg VA- Grande Région et la Région Wallonne", explique Michel Bronlet, directeur de Cynorhodon. "Notre centre, implanté à Haccourt, se consacre, comme les quatre autres partenaires de la Grande-Région, à savoir Esch-sur-Alzette, Andernach, Saarbrucken et Sarreguemines, à l’inclusion sociale par le développement de compétences liées à la mobilité dans le réseau des jardins solidaires et des villes comestibles."

La commune de Vielsalm figure à présent parmi les partenaires méthodologiques locaux de Cynorhodon, au même titre que six communes de la Basse Meuse, à savoir Herstal, Oupeye, Visé, Bassenge, Blegny et Dalhem. "Nous visons l’insertion sociale et professionnelle mais aussi la mise en œuvre de pratiques agricoles respectueuse de l’environnement et la gestion écologique des espaces verts", précise Michel Bronlet. "Nous appliquons les techniques de l’agriculture biologique. Les légumes sont cultivés sans pesticide avec en toile de fond la transition écologique et énergétique."

Dès le 2 mai, l’équipe, composée de stagiaires et de formateurs en maraîchage, se rendra à Vielsalm pour préparer le terrain en compagnie de résidents du Foyer La Hesse et de citoyens. "Une vingtaine de Salmiens se sont déjà inscrits dans la démarche", se réjouit le directeur de Cynorhodon.

"Les inscriptions ne sont pas clôturées. Les personnes intéressées peuvent nous rejoindre le 2 mai ou à une autre date. Au début, l’équipe ira sur place tous les quinze jours. Par la suite, la gestion du jardin sera confiée aux citoyens. Il est prévu d’étendre le projet aux berges du plan d’eau des Doyards. A cet endroit, des plantes aromatiques seront cultivées dans un jardin en forme de rose des vents."