Bastogne - Vielsalm Le tribunal de l’Entreprise, division Neufchâteau, rendra son jugement le 14 juin

L’affaire Qualibeef (ex-Veviba) a été évoquée, vendredi, au tribunal de l’Entreprise, division Neufchâteau. Comme annoncé dans une précédente édition, une demande de PRJ (Procédure de Réorganisation Judiciaire) par le transfert d’actifs à une autre société a été déposée.

"Nous n’avons, malheureusement, pas obtenu la continuité de la réorganisation judiciaire", rappelle Christian Kerkhofs, CEO de Qualibeef et de la société Abattoir et Marché de Bastogne (AMB). "Si le tribunal accepte, le 14 juin prochain, le transfert d’actifs, une nouvelle société sera créée. L’objectif est double : maintenir un maximum d’emplois à Bastogne et repartir d’une feuille blanche en ce qui concerne, entre-autres, le litige avec Delhaize et Colruyt. Dans le cas contraire, la faillite sera prononcée le 21 juin."

Le CEO indique, par ailleurs, que la Sogepa pourrait apporter son soutien dans la recherche d’autres partenaires. "Sans le soutien d’acteurs wallons, l’entreprise de Bastogne est vouée à l’échec", tempère-t-il. Les responsables de Qualibeef poursuivent leurs démarches pour faire enlever les scellés de l’entrepôt frigorifique. Des scellés placés avant que n’éclate le scandale sanitaire au printemps 2018.

"Les congélateurs contiennent entre 600 et 650 tonnes de viande. Nous ne savons pas quelle quantité devra être jetée", poursuit Christian Kerkhofs. "Le juge d’instruction serait en train de réfléchir à l’évacuation de ces stocks, soit vers un autre congélateur, soit vers une usine de fabrication de produits pour la consommation animale."

Le blocage de l’entrepôt frigorifique freine, en effet, la reprise de l’abattage et de l’atelier de découpe. Des clients potentiels se tournent vers d’autres abattoirs car la viande ne peut être congelée sur place. L’entreprise tourne toujours au ralenti avec une équipe de 58 personnes sous le régime du chômage économique.

N.L.