Luxembourg La commune essaie d’améliorer la propreté publique.

Il ne faut pas fâcher le nouveau bourgmestre lorsqu’il s’agit d’évoquer avec lui les incivilités qu’il y a dans sa commune. Bertrix n’est pas à plaindre dans notre province, même si Mathieu Rossignol vient de pousser un fameux coup de gueule cette semaine. Il n’a d’ailleurs pas hésité à partager son agacement sur sa page Facebook.

"La propreté publique est l’affaire de tous. J’en ai ras-le-bol de devoir intervenir sans cesse pour des incivilités des uns et des autres. Des duo-bacs qui restent sur les trottoirs, des sacs à côté des poubelles publiques, des dépôts sauvages dans la forêt, des déjections canines. J’en passe. Nous mettons tout en œuvre pour retrouver ces personnes irrespectueuses de notre environnement, de notre personnel et de notre belle commune. Restons positifs, par contre, en remerciant tous les citoyens qui prennent des initiatives individuelles ou collectives en faveur de notre environnement", a-t-il exprimé.

C’est donc la chasse aux incivilités qui se poursuit pour la nouvelle majorité. "On continue ce qui a été commencé", dit l’ancien bourgmestre, Michel Hardy. Gare aux fraudeurs, donc. "Je ne pense pas qu’il y ait une augmentation importante du nombre d’incivilités ces derniers temps. Mais je dois reconnaître que les gens manquent parfois d’éducation, de savoir-vivre. Combien de fois ne voit-on pas des sacs déposés à côté des poubelles publiques pleines. Nous passons régulièrement les enlever. Mais certains citoyens ont pris l’habitude de venir déposer leurs déchets dans les poubelles publiques. Ce n’est pas toujours évident de les identifier", poursuit-il.

En effet, les ouvriers communaux peuvent tenter de jouer les détectives afin de retrouver le(s) propriétaires. Et quand ils y parviennent, cela se passe généralement bien. "S’ils sont solvables, oui. Ils paient l’amende communale. Elle varie en fonction de la quantité déposée illégalement (de 50 à +100 euros). On doit parfois aller plus loin et la police prend le relais", conclut-il. Une semaine avant la marche des étudiants pour le climat, gageons que ces derniers montreront le bon exemple en ramassant tous les déchets qu’ils trouveront. Ils l’ont d’ailleurs prévu durant leur action…

L.T.