Luxembourg

Trois hommes sont aujourd’hui poursuivis devant le tribunal correctionnel.

Le 14 août dernier à Bouillon, un homme de 56 ans se faisait passer à tabac pour avoir voulu s’interposer dans une violente dispute de couple. Le quinquagénaire circulait en voiture quand il a aperçu un jeune homme de 26 ans s’en prendre violemment à sa copine. « Monsieur a fait ce que tout citoyen aurait du faire : il est intervenu verbalement », souligne le substitut du procureur de Neufchâteau, où trois individus doivent aujourd’hui répondre de coups et blessures devant le tribunal correctionnel. Parmi eux, le conjoint violent, en état de récidive, reconnait avoir mis l’homme de 56 ans au sol d’un coup de poing, puis de lui avoir porté un coup de pied alors qu’il était à terre. « On ne s’y est pas mis à plusieurs, j’assume les coups que j’ai portés », assure-t-il à l’audience. À ses côtés sur le banc des prévenus, deux jeunes d’une vingtaine d’années, dont son propre frère. « Mon petit frère n’était même pas là pendant la bagarre », précise encore le Bouillonnais, qui doit aussi répondre de coups et blessures sur sa compagne. « Je lui ai juste mis une claque. » Le parquet évoque les antécédents spécifiques du prévenu en matière de coups et blessures. Il venait de sortir de prison quand les policiers sont venus l’arrêter chez lui cet été. Du côté de la défense, on évoque la perte du père, épreuve difficile survenue quelques mois auparavant. « C’est un homme blessé qui est sorti de prison, un homme blessé qui a levé la main sur sa compagne et sur monsieur », souligne l’avocat de la défense Dimitri De Coster. « Jouer les durs devant les autres, c’est une image qu’il se donne. Il a depuis lors été voir un psychologue et mis diverses choses en place. Il se rend bien compte qu’il a des difficultés et qu’il doit mettre des choses en place pour aller de l’avant. » Le ministère public réclame 12 mois d’emprisonnement pour le principal intéressé, 6 et 5 mois pour ses deux coprévenus. L’avocat de la défense sollicite une peine de travail. Jugement le 29 octobre.