Alors qu’ils jouaient avec leur fidèle compagnon dans les rues du village, des enfants ont vu leur chien se faire tirer dessus. La scène s’est déroulée à Bourcy (Bastogne). Touché au flanc, l’animal est parti en hurlant se réfugier chez ses maîtres. Le vétérinaire relèvera des blessures provoquées par un tir de carabine à plomb. Personne n’a vu le tireur. Mais des riverains affirment avoir entendu "un bruit sourd". Selon eux, il pourrait s’agir d’un voisin, connu pour détenir une carabine à plomb.

L’homme de 24 ans, est aujourd’hui poursuivi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau. La fouille menée à son domicile par les enquêteurs a effectivement permis la découverte d’une carabine, mais pas de munitions. L’intéressé nie d’ailleurs avoir tiré sur le cabot. "J’ai moi-même un chien", souligne-t-il. "Je ne vois pas pourquoi j’irais tirer sur celui des autres." Selon son avocat, il est matériellement impossible qu’il ait tiré sur l’animal depuis sa terrasse, seul poste de tir envisageable d’après la trajectoire de la balle déterminée par le vétérinaire. "Par ailleurs, la portée pour ce type de carabine est de maximum 50 mètres. La distance ici est de plus de 100 mètres", souligne Me Dimitri Fourny. "Toute la défense repose sur les déclarations d’un vétérinaire qui émet des considérations balistiques", réplique le substitut du procureur. Le parquet réclame 2 mois de prison et une amende. Jugement le 20 avril.