Luxembourg Cet homme a reçu une amende 400 euros pour avoir insulté des agents de la DNF.

Insulter une personne assermentée, comme un agent de police ou un agent de la DNF par exemple, peut vous coûter cher. En voici un exemple avec le témoignage de Manuel Giboux, un habitant du village de Torgny. L’affaire a aussi un lien avec la PPA (Peste Porcine Africaine).

En avril dernier, des agents de la DNF sont venus à quelques centaines de mètres de sa maison. Un peu plus haut, sur la colline. "Il devait être aux environs de 22 heures. Soudain, j’ai entendu des coups de feu", explique-t-il aujourd’hui. Les agents poursuivaient et visaient bien évidemment les sangliers contaminés. "J’ai eu très peur. C’est normal, non ? Vous regardez tranquillement la télévision et vous entendez plusieurs détonations, non loin de chez vous. Je suis sorti et je les ai vus. Je suis allé les voir. On a discuté, ils m‘ont expliqué pourquoi ils étaient là. J’ai ensuite réalisé que les coups tirés étaient en plein dans l’axe de ma maison. Imaginez si les agents avaient raté leur cible…", poursuit-il. Deux mois plus tard, rebelote.

Le scénario est identique. "Il était 23 heures. Même chose. Au même endroit. Ce soir-là, je suis allé trouver les agents de la DNF. J’en avais ras-le-bol de ce cirque, en pleine nuit. Je leur ai notamment demandé de ne plus viser en direction de ma maison."

Le ton monte rapidement. Des insultes sont proférées par notre homme qui se plaint toujours de la dangerosité des tirs, à proximité des habitations. Il décide donc de déposer plainte à la police de Virton le lendemain. "Mes craintes étaient fondées ! Un autre agent de la DNF, que je connais bien, m’a confirmé que les tirs étaient effectivement dangereux. Et que si cela avait été lui, il n’aurait pas pris de risque et se serait posté ailleurs. J’attends toujours des nouvelles de la police à ce sujet. Ils ont dû classer le dossier. Comme par hasard."

Et en cette fin d’été, un PV rédigé par la Région Wallonne arrive dans sa boîte aux lettres. "Une amende salée : 400 euros. Poursuivi pour outrage envers un agent dans l’exercice de sa fonction. Ce soir-là, je l’avais traité de tête de con (sic). Ce qui me désole, c’est que j’ai payé l’amende. Pas le choix. On ne peut rien faire contre l’Etat. Aller au tribunal pour contester ? Pourquoi ? Je risque plus de perdre mon temps et d’avoir une sanction plus lourde. C’est une vraie dictature. On est obligé de se taire en Belgique", conclut-il.

L.T.