Les ouvriers communaux ont-ils réalisé un travail sur le terrain d’un particulier ?

À quelques jours des élections, les langues ont tendance à se délier plus rapidement qu’à l’accoutumée du côté de Musson. Certaines personnes pointent du doigt l’actuel échevin des Travaux. Et notamment lorsque celui-ci a envoyé des ouvriers communaux réaliser certains travaux d’aménagement dans la propriété d’un particulier. Ce qui pose évidemment question et qui alimente les ragots en cette période électorale agitée…

" Je comprends qu’on tente de lancer des rumeurs par-ci par-là. C’est de bonne guerre. Sans doute des gens de l’opposition qui cherchent des casseroles chez l’adversaire. Ou peut-être ont-ils peur de moi ? Vous me laissez ainsi l’occasion de faire taire une fois pour toutes ces fausses rumeurs ", indique un Daniel Guebels qui prend plutôt bien la chose.

L’actuel échevin des Travaux se présentera donc ce dimanche sur la liste Écho et est attaqué de toutes parts depuis quelques semaines. Une accusation grave, que le principal intéressé dément fermement. Il revient sur cet épisode. " Avant cet été, une personne ayant des problèmes de mobilité (PMR) nous a interpellés pour savoir si on ne pouvait pas mettre un autre revêtement sur le parking où est garée sa voiture. Cette personne utilise un fauteuil roulant pour se déplacer. Il avait des problèmes pour rejoindre sa voiture car, dans l’allée en question, il y avait en effet des crassettes (du gravier) sans qu’il y ait une couche de renforcement au-dessous. Il avait donc du mal à se déplacer et s’enfonçait souvent dans les graviers. Nous avons ensuite posé des dalles gazon sur une chape. Avant de remettre une couche de crassettes dessus. C’est plus facile pour lui maintenant. En plus, c’est lui qui a financé les crassettes."

Un acte qui fait polémique car les détracteurs de l’échevin des Travaux indiquent que l’allée en question se situe en partie sur un terrain privé et que ce ne serait pas la première fois qu’une telle pratique se ferait dans la commune. "Absolument pas. Il ne faut pas faire d’amalgames. Jamais nous ne faisons des aménagements sur des terrains privés", conclut Daniel Guebels.

L.T.