En juillet dernier, le tribunal correctionnel de Marche condamnait un cafetier marchois à 4 mois d’emprisonnement et 4.000€ d’amende pour non respect de la réglementation Covid. Une décision prise en l’absence du principal intéressé, qui a par la suite décidé de faire opposition. Et il a obtenu gain de cause. 

Vendredi, le tribunal l’a finalement acquitté au bénéfice du doute. Les faits remontent au tout début du confinement. La police avait surpris des gens au bar à plusieurs reprises. Et ce alors que les règles en vigueur à l’époque interdisaient tout déplacement non essentiel. « L’arrêté ministériel qui régissait le confinement n’était pas le plus clair du monde. Il y avait assez bien de confusion et de surenchère », estime l’avocat de la défense. 

Le prévenu assure que son activité respectait la réglementation en ne proposant que des plats à emporter... À quelques exceptions près. Comme servir un proche au bar, ou accueillir un ami en renfort derrière le comptoir. Mais le cafetier jure qu’il l’a fait sans la moindre intention frauduleuse. « Il n’y avait pas encore de bulles sociales à l’époque », affirmait-il lors de sa comparution en décembre dernier. « Mais les déplacements étaient interdits ! Ces gens ne pouvaient pas se trouver là », avait répliqué le substitut du procureur. Les explications du prévenu ont suffi à semer le doute dans l’esprit du tribunal. Un doute qui doit toujours profiter au prévenu.