La décision, prise à la suite de la réunion d'une cellule de crise mardi matin, concerne les hôpitaux généraux (Arlon, Bastogne, Libramont et Marche-en-Famenne) et psychiatrique (Bertrix). Si les visites sont interdites, des exceptions sont prévues pour des cas particuliers: en pédiatrie, présence autorisée des deux parents (s'ils appartiennent à la même bulle); en gynécologie/obstétrique, la présence du père est autorisée; et pour les patients en phase critique ou en fin de vie, présence possible des proches moyennant accord du médecin chef de service.

Pour les consultations ou examens nécessaires, il est demandé de venir seul, la présence d'un accompagnant est autorisée en cas de réelle nécessité. Comme ailleurs dans le pays, des mesures similaires avaient déjà été décidées pour les sites de Vivalia en mars dernier avant une reprise des visites en juin sous certaines conditions.