La Croix-Rouge annonce, dans un communiqué, qu’à la suite de la découverte de plusieurs cas de Covid-19 au centre d’accueil pour candidats réfugiés de Rendeux, décision a été prise, en concertation avec les autorités communales, de placer préventivement le centre en confinement.

A ce stade, 11 personnes ont été testées positives, pour la plupart des Mena, mineurs d'âge étrangers non accompagnés. Toutes sont placées en isolement.

Le centre héberge actuellement 217 résidents demandeurs de protection internationale. Une septantaine d’enfants et d’adolescents ne peuvent plus provisoirement se rendre à l’école. Le tracing se poursuit dans le centre, avec l’appui de l’équipe médicale et la coordination médicale de Fedasil.

Les cours de français dans le centre ont été suspendus, les espaces rencontres et espaces publics sont momentanément fermés, tandis que les repas sont servis en barquettes à emporter. Un système d’achat groupé est organisé deux fois par jour par les collaborateurs afin de répondre aux besoins quotidiens des résidents.


 " En imposant ce verrouillage préventif, conformément aux instructions émanant de Fedasil, la situation pourra être correctement évaluée, tandis que les allées et venues des résidents seront restreintes et autorisées uniquement dans l’enceinte du centre"
, précise la porte-parole de la Croix-Rouge.  " Le personnel  met un point d’honneur à rassurer et informer correctement l’ensemble des résidents quant au respect des gestes barrière pour maximiser leur adhésion aux mesures prises. Ces mesures ont un seul et unique but : protéger la santé des personnes accueillies, des équipes et, plus largement, des riverains et de la population belge. Les personnes testées positives font l’objet d’un suivi médical rapproché."


La situation sera évaluée au jour le jour et les mesures de confinement actuelles seront levées en concertation avec le médecin du centre, les autorités communales et la coordination médicale de Fedasil, dès que la situation épidémiologique le permettra. "Nous sommes conscients de l’impact et de l’ampleur des restrictions imposées aux libertés d’une population déjà fragilisée par un parcours migratoire souvent périlleux, une vie en collectivité et l’incertitude liée à l’attente d’une décision à leur demande de protection internationale. Elles seront ajustées dès que l’évolution sanitaire le permettra" conclut la porte-parole.