Luxembourg Zachary Mortier et Théodoros Agelis ont tous deux perdu la vie, en 2014 et 2018.

Plusieurs homicides figurent à l’agenda des tribunaux correctionnels de la province en 2020.

Le 8 janvier, le tribunal correctionnel d’Arlon entendra plaidoiries et réquisitoire dans le cadre du dossier relatif à la mort du jeune Zachary Mortier, décédé en 2014 suite à une intoxication au monoxyde de carbone dans un appartement à Habay. La propriétaire des lieux est aujourd’hui poursuivie pour avoir involontairement causé la mort de l’enfant par négligence ou défaut de prévoyance. L’enquête a révélé que le chauffe-eau défectueux à l’origine de l’intoxication avait été installé en dépit du bon sens. L’architecte qui avait laissé la situation en l’état après avoir inspecté l’installation est également poursuivi. Le propriétaire des lieux étant décédé depuis les faits, son épouse a comparu seule à l’instruction d’audience d’octobre dernier. "C’est mon mari qui s’occupait du chauffe-eau et de toutes les autres installations électriques et de chauffage du bâtiment", avait-elle déclaré devant le tribunal correctionnel d’Arlon.

Le 15 janvier débutera un autre procès pour homicide, devant le tribunal correctionnel de Marche-en-Famenne. Christophe Catteau devra y répondre de la mort de son voisin Théodoros Agelis, tué en juillet 2018 sur le seuil de son habitation dans le cadre d’un conflit de voisinage à Bourdon (Hotton). Poursuivi pour meurtre avec excuse de provocation, l’inculpé avait reconnu les coups portés à la victime, tout en niant l’intention homicide. Selon lui, la victime aurait menacé de s’en prendre à sa famille. Dans son ordonnance prononcée début octobre, la chambre du conseil a estimé qu’il y avait bien eu provocation de la part de la victime, évoquant l’usage d’un couteau, des menaces de mort et le comportement agressif de Théodoros Agelis au moment des faits. Constituée partie civile, la famille de la victime parle quant à elle d’acharnement.

N.P