Luxembourg

L’avocat général a demandé au jury de déclarer Radwan Elmi-Galib et Sébastien Kesteman coupables des meurtres de Nathan Kettani et Vinciane Lamoot pour faciliter le vol, fraude informatique et association de malfaiteurs. Il a par contre requis l’acquittement de Jennifer Sablon pour le double-meurtre.

Le ministère public estime l’ensemble des circonstances aggravantes établies dans le chef des deux hommes, dont la torture. « Il doit s’agir d’un traitement inhumain qui provoque une douleur aigüe ou de très graves souffrances physiques et mentales », rappelle l’avocat général. « Les victimes ont d’abord été menacées et attachées avec des colsons alors que leur propre enfant était à l’étage. Si ce n’est pas de la torture psychologique, qu’est-ce que c’est ? Seuls quelques coups parmi les 147 coups portés à Nathan Kettani sont mortels. Les autres sont totalement gratuits. Quand à Vinciane Lamoot, elle a été maintenue la tête dans l’eau. » Une pratique que le parquet estime compatible avec des actes de tortures visant à question la jeune femme. Quant à Jennifer Sablon, l’avocat général estime que le dossier n’établit pas à suffisance qu’elle savait qu’un massacre se préparait. « S’il ne fait aucun doute qu’elle nous cache une partie de la vérité, qu’elle ment dans ses déclarations, qu’elle a berné la vigilance des enquêteurs, je dois bien admettre que je ne peux vous prouver avec les éléments objectifs du dossier qu’elle aussi était animée de l’intention de tuer Vinciane Lamoot et Nathan Kettani », déclare l’avocat général. « Elle était peut-être au courant que son compagnon voulait arnaquer, voire agresser les victimes, mais cela ne suffit pas à prouver l’intention homicide. Vous devrez donc acquitter Mme Sablon pour le double-meurtre au bénéfice du doute. » L’avocat général a par contre demandé aux jurés de la reconnaître coupable des autres préventions, dont fraude informatique et association de malfaiteurs.