Luxembourg

L’audience de mercredi matin était consacrée aux plaidoiries des parties civiles. 

Les avocats Pierre Neuville et Marie-Christine Germain, du barreau de Marche-en-Famenne, ont pris la parole au nom de Gabriel, 4 ans, le fils de Nathan Kettani et Vinciane Lamoot, dont les corps sans vie ont été retrouvés à leur domicile de Ronzon (Rendeux) le 12 août 2016. "Un couple sauvagement agressé et exécuté pour de l’argent dans des circonstances qui jettent l’effroi et laissent un gamin orphelin, sans maman, sans papa et sans petit frère ou petite sœur". 

Les avocats Marchois évoquent une préparation collective impliquant les trois accusés, Sébastien Kesteman, Radwan Elmi-Galib et sa compagne de l’époque, Jennifer Sablon. Le projet de lettrage bidon prétexté par les suspects pour entrer en contact avec leurs victimes. Le rôle joué par les différents protagonistes le soir des faits. 

"Les exécuteurs se rendent à Rendeux, Jennifer Sablon dans son camp de base à Rensart s’occupe des transmissions. Les exécutions se produiront entre 18h29 et 21h27. Quand ils sortent, deux personnes sont assassinées" Me Neuville revient sur le calvaire enduré par les deux victimes durant ces trois heures, le jeune homme lardé de 147 coups de couteau, sa compagne morte noyée dans la baignoire. 

Des « actes tortures » perpétrés, selon l’avocat, pour obtenir les codes d’accès aux numéros de compte du jeune couple. « Aujourd’hui, Gabriel gonflera un ballon et joindra à la ficelle un petit mot à l’attention de son papa et de sa maman. Et aujourd’hui, quand ses copains de classe lui demanderont « où sont ton papa et ta maman ? », il répondra « deux méchants sont venus à la maison, ils les ont agressés et mes parents sont au ciel ».»