Environ 7 000 personnes ont fêté Halloween dans le centre-ville.

Depuis huit ans, Durbuy a pris l’habitude de devenir, l’espace d’un soir, la ville la plus terrifiante de la Province. Ce jeudi, des milliers de visiteurs ont, une fois de plus, répondu à l’appel du syndicat d’initiative. « C’est un franc succès. Rien que sur base des préventes, on estime qu’environ 7 000 visiteurs se déplaceront du jeudi au dimanche soir », précise Jacques Leboutte, le président. Une édition d’Halloween qui devient de plus en plus populaire et ancrée dans les habitudes de la population, et plus particulièrement dans les esprits de la jeune génération. 

Parfois, on vient de loin pour participer à la fête. « Nous venons du sud de la France ! De Marseille. Cela s’entend à notre accent (rires). Chez nous, cette fête n’est pas encore entrée dans toutes les familles. Il y a très peu d’activités qui sont organisées. On voulait voir à quoi ressemblait une vraie soirée Halloween. On s’est renseigné auprès d’amis belges. Ils nous ont parlé de Durbuy. Et nous voilà ! On n’est pas déçu du voyage, l’amb-iii-ance (accent marseillais) est topissime, ici ! », explique Manu, venu avec ses trois enfants et sa compagne, tous déguisés. Le thème choisi pour cette 8ème édition ? La magie. Ce n’est donc pas une surprise de voir un parc Roi Baudoin noir de monde pour assister aux différents spectacles proposés par ces magiciens amateurs ou professionnels. 

« Une centaine d’artistes est présente pour la joie des grands et des petits. Il n’y a pas d’âge pour s’amuser. C’est le carnaval avant l’heure », dit un artiste de rue. La soirée s’est clôturée par un magnifique feu d’artifice tiré devant le rocher anticlinal. Un spectacle son et lumière qui a sans doute plu aux nombreux visiteurs qui ne demandent qu’à revenir l’an prochain, pour une neuvième édition. Quant à ceux qui ont loupé cette soirée horrifique, ils peuvent quand même aller à Durbuy ce week-end. Plusieurs animations seront en effet proposées pour que la fête se poursuive. Mais attention, il se pourrait que quelques « monstres » errent encore dans les ruelles….