Luxembourg Philippe Courard, à l’époque ministre wallon de l’intérieur, avait été appelé à la rescousse

Le bourgmestre sortant, Dimitri Fourny, pourrait-il attirer dans son équipe un élu de la liste d’Yves Evrard en lui faisant miroiter un poste d’échevin ? Nous avons posé la question à Philippe Courard qui en 2004 avait été appelé à Neufchâteau à la suite de l’éclatement de la majorité et des tiraillements entre Yves Evrard et Dimitri Fourny.

"A l’époque, j’étais ministre wallon de l’intérieur", se souvient-il. "J’avais été appelé à la rescousse par ce qu’il n’y avait plus de majorité. Le débauchage était monnaie courante : on pouvait passer d’un groupe à l’autre et se voir offrir un poste dans l’exécutif. Ce n’est plus possible aujourd’hui."

Philippe Courard souligne qu’il avait fait changer la loi précisément pour éviter ce genre de dérive. "Aujourd’hui, si un élu veut rejoindre un autre groupe, il ne peut plus siéger dans l’exécutif et ce transfert ne peut avoir lieu que six mois après la signature du pacte de majorité. Cela dit, il est toujours possible à un mandataire de quitter son groupe pour un autre et ainsi faire pencher la majorité d’un côté ou de l’autre. La loi votée sous mon impulsion permet d’éviter les surenchères."

Le futur bourgmestre Yves Evrard est, dans ce contexte, confiant pour la suite. "Il y a un accord clair pour former une majorité avec le groupe de Mariline Clementz", souligne-t-il. "Nous allons nous revoir vendredi pour finaliser le pacte de majorité et répartir les mandats dans l’exécutif. J’espère que le conseil communal au cours duquel aura lieu la passation de pouvoir se déroulera à la fin du mois de juillet."

Le porte-parole du Service Public de Wallonie, Nicolas Yernaux précise, pour sa part qu’un délai de réclamation de 10 jours est possible à dater du scrutin de dimanche. Le gouverneur dispose d’un délai maximum de 45 jours, à dater du 16 juin, pour valider les élections. Quant au conseil communal, il devra être convoqué, par le collège communal actuel, dans les trois semaines au minimum, après le dépôt du pacte de majorité par la nouvelle coalition.