Un premier rendez-vous était prévu ce lundi matin au Palais Provincial.

Il est bientôt 10 heures lorsque le (futur?) bourgmestre de Neufchâteau arrive au Palais Provincial. A peine le temps de répondre à nos confrères de la télévision qu’Yves Evrard et son équipe pénètrent dans la salle (où les candidats du groupe Agir Ensemble qui ont fait le déplacement sont déjà installés). La salle est remplie : on y trouve beaucoup de journalistes, quelques curieux et évidemment les représentants des différents partis concernés.

Au "premier" banc, Dimitri Fourny et ses conseillers. Yves Evrard est à sa gauche à côté de son avocat. Le gouverneur de la Province fait son entrée. Il ne lui faudra que huit grosses minutes pour expliquer et fixer le déroulement des audiences. "Elle aura lieu ce vendredi à 13h30", précise Olivier Schmitz. En pratique, il faudra donc prévoir une bonne heure ce vendredi pour permettre à chaque groupe de s’exprimer devant le Gouverneur. Et c’est déjà…terminé pour aujourd'hui! Les premiers à quitter le Palais font partie du camp de Dimitri Fourny.

© Trotta

Yves Evrard le suit. "Nous sommes ici pour vérifier si les procédures ont été respectées lors du dernier scrutin. Par rapport à la problématique qui est posée, la réponse me semble très évidente, non ? On sait que les dernières élections ont été très largement scrutées par la Région Wallonne. La question du vote des étrangers s’est posée quelques jours avant. Les choses sont simples et évidentes", dit-il d’abord. Cela fait maintenant bientôt deux mois qu’il trépigne d’impatience. Il devra encore patienter avant, peut-être, de prendre la place de bourgmestre.

"Je me mets à la place des citoyens chestrolais qui commencent à la trouver saumâtre. Et on les comprend. J’espère que les élections seront validées par le Gouverneur. Comment je me sens? En politique, il faut savoir prendre du recul et faire preuve de patience! Même si j’ai hâte de travailler pour la commune de Neufchâteau", conclut-il. Le prochain rendez-vous est donc fixé à ce vendredi. L’audience est ouverte au public.

Lorsque Maître Dermagne fait son entrée dans la salle du conseil, il représente plusieurs chestrolais de nationalité étrangère qui n’ont pu aller voter en juin dernier. C’est notamment le cas de Nicola Zappala, d’origine italienne.

"Cela fait plus de vingt ans que j’habite à Neufchâteau. En mai, j’ai fait les démarches mais on m’a répondu qu’il était trop tard. Je pense que j’ai le droit de m’exprimer. Pourquoi ne pourrai-je pas voter? Je comprends que toutes ces histoires sont embêtantes pour tout le monde. Moi, ce que je veux : c’est pouvoir voter et j’irai voter si on organise de nouvelles élections. Mais je ne vous dirai pas pour qui je voterai cette fois-ci. C’est secret", nous explique-t-il. 

Son avocat confirme que pour ses clients, l’important est de pouvoir participer à la vie locale et que chacun ait le droit de voter. Reste à voir aujourd’hui si ceux-ci, tout comme l’ensemble des électeurs chestrolais, pourront/devront (une fois de plus) retourner aux urnes dans les prochains mois. A priori, le Gouverneur devrait rendre sa décision avant le 25 juillet.

© Trotta