Luxembourg

Celle-ci certifie ne pas l'avoir secoué

C’est un terrible dossier qui tombe entre les mains du juge Poncelet cette semaine. En réalité, il s’agit de deux affaires, réunies dans un seul dossier. La première affaire qui, au départ, ne devait sans doute pas se retrouver aujourd’hui devant la justice avec cette prévention. Un moment d’inattention, une chute… puis le drame pour Elio Briquemont qui perd la vie (5 mois) chez sa gardienne de l’ONE à Ethe (Virton).

Au moment des faits, toute la région se demandait comment un tel drame a bien pu se produire. La gardienne avait martelé que le berceau, dans lequel le bébé se trouvait, était sur le fauteuil et qu’il était ensuite tombé du fauteuil. A l’époque, elle avait été inculpée d’homicide involontaire. Les préventions reprochées ont été requalifiées, presque trois ans plus tard… en "coups et blessures volontaires" ayant entraîné la mort.

Le rapport du légiste stipule : "Il y a eu un décollement du cerveau qui ne peut pas s’expliquer par une chute accidentelle, comme elle l’affirme. La version de cette dernière ne tient donc pas. Depuis le début de l’affaire, elle a induit tout le monde en erreur. Le rapport médico-légal affirme que l’incident s’est produit très peu de temps avant l’arrivée des secours", confiait Me Kauten, l’avocat d’une des parties civiles.

La prévenue, encore sous le choc, était amenée à se justifier ce matin devant le juge Poncelet. "Je ne l’ai pas secoué. Jamais je ne ferai ça (pleurs). Je suis allée lui faire un biberon car il pleurait. Il est tombé. J’ai appelé les secours. J’ai appris son décès quelques heures plus tard", dit-elle, très émue et encore marquée par cet évènement.

On la sent sincère dans ses propos, mais c’est à la justice qu’il incombe de faire désormais la clarté dans cette affaire. Il faut aussi savoir que cette gardienne est également poursuivie pour des faits similaires (coups et blessures) à l’égard d’un autre enfant, toujours en vie. La procédure va suivre son cours. Un calendrier judiciaire a été établi. D’ici la fin d’année, les différentes parties devront remettre leurs conclusions. Le 22 janvier prochain, tout ce beau monde se retrouvera devant le juge pour poursuivre cette affaire.