Cette habitante de Signeulx (Musson) agée de 34 ans ne semble pas avoir retenu la leçon. Après avoir déjà été condamnée en 2018 à une première « courte » peine de prison pour trafic de stupéfiants, elle a remis le couvert en 2019 en commettant un vol. Elle est pourtant toujours en sursis pour cette première affaire et elle doit rembourser les frais de justice. Elle n’y arrive pas. Très amie avec son voisin, elle décide de lui voler sa carte de banque pour aller ensuite subvenir à ses besoins.

"J’ai honte, mais à cette époque, j’étais une consommatrice de stupéfiants : héroïne, cocaïne. Je n’avais plus assez d’argent pour tout payer. Je lui ai débité un peu moins de 1.000 euros…Ça a détruit ma vie. J’ai 3 enfants, je ne les vois plus…Voler ? C’est terminé aujourd’hui. J’ai compris que ce n’est pas comme ça que je veux finir ma vie", dit-elle.

 Le parquet requiert quand même une première peine de travail de 120 heures, plus une seconde peine de 10 mois de prison (avec un éventuel sursis) suite à ses antécédents. Son avocat plaide quant à lui une clémence en ce qui concerne la peine subsidiaire. « Elle travaille maintenant, elle a un CDI », rappelle-t-il.