Luxembourg

Le prévenu est aussi poursuivi pour des insultes à l’égard du magistrat de garde

Dans cette affaire, l’alcool est sans doute l’une des explications du comportement de ce quinquagénaire habitant la commune d’Etalle. Aujourd’hui (déjà) pensionné grâce au fait d’avoir travaillé au Grand-Duché du Luxembourg durant 20 ans, " il a fait fort", comme le souligne Marianne Lejeune. La substitut du Procureur du Roi explique ensuite l’attitude du prévenu. 

Tout commence en avril 2018. "Vous avez tenté de mettre fin à vos jours à plusieurs reprises. A chaque fois, des personnes vous ont aidées à vous relever. Mais à un moment, ces personnes ne peuvent plus rien faire pour vous. Ils ont donc contacté la police pour vous ramener à la raison." C’est là que les choses dérapent verbalement. Des insultes, menaces sont proférées à l’égard d’un policier qui intervient. Les mots sont assez choquants. "Enlève-moi les menottes, je vais te tuer (sic). C’est la dernière fois que tu souris. Je vais m’en prendre à ta famille, connard (sic)", suivi d’autres noms d’oiseaux pas très fins.

Le prévenu, une fois arrêté, est aussi poursuivi pour outrage à l’égard du magistrat de garde. "Je chie dans la gueule du magistrat de garde", lui lancera-t-il ce jour-là. L’homme sera ensuite placé. Ce lundi, Robert (nom d’emprunt) est venu s’expliquer. "Il est fort possible que ces mots soient sortis de ma bouche. Mais je ne m’en souviens plus. Je suis séparé et j’ai deux petits enfants que je vois épisodiquement. Cette situation me faisait boire pour oublier mes problèmes. Ça va mieux aujourd’hui", clame-t-il. Le Parquet semble tenir compte de la situation actuelle du prévenu et requiert le sursis probatoire sur une période de 5 ans. "La balle est dans votre camp. Je vous préviens déjà : si vous recommencez, je me ferais un plaisir de contacter mes collègues du Service de Protection de la Jeunesse. Vous récidivez ou vous buvez, vous ne verrez plus vos enfants", conclut-elle. Le verdict est attendu le 21 octobre.