Un jury, composé de sept femmes et cinq hommes, a été constitué devant la cour d’assises du Luxembourg afin de juger dès lundi prochain, Eric Flammang (55 ans), accusé de l’assassinat de son vieil ami Raymond Lochet, 85 ans au moment de son décès. Trois femmes et un homme ont, eux, été tirés au sort comme jurés suppléants.

Le 27 février 2017 en milieu de soirée, la voiture conduite par Eric Flammang, et dans laquelle l’octogénaire était passager, avait terminé dans les eaux du Lac de Rabais à Virton. L’accusé, originaire de Longuyon en France (Meurthe-et-Moselle), a toujours affirmé qu’il s’agissait d’un accident, pouvant être causé à la suite d’un excès de boisson. Selon Eric Flammang, qui dit avoir bu ce soir-là, sa voiture a fini dans le Lac de Rabais en revenant du café. Eric Flammang expliquant avoir réussi à sortir de son véhicule pour aller chercher des secours tandis que Raymond Lochet est mort noyé, coincé dans le véhicule.

Cependant les premiers constats de l’expert automobile, mandaté dès le début d’enquête, ont mis en doute la thèse accidentelle. Eric Flammang avait été privé de liberté dès le soir-même et par la suite été inculpé d’assassinat.

Les relations entre Raymond Lochet, Eric Flammang et l’épouse de ce dernier ont été mises en évidence. Le couple avait conclu un contrat de vente en viager de la maison de Raymond Lochet à Chenois (Virton) par le versement de mensualités de 700 euros indexés durant une période de 15 ans. Or les époux Flammang étaient en défaut de paiement depuis déjà quelques temps au moment des faits. Et le 28 février 2017, soit au lendemain du mystérieux accident de voiture, une audience était prévue devant le tribunal d’Arlon avant d’engager une procédure de résiliation du contrat de vente.

Eric Flammang reconnaît avoir passé une partie de la journée du 27 février 2017 avec Raymond Lochet en vue notamment d’essayer de trouver une solution à l’amiable pour éviter de devoir payer environ 7.000 euros d’indemnités pour non-respect des conditions de vente en viager. Les deux hommes s’étaient notamment rendus dans un café de Saint-Mard (Virton) où ils avaient consommé plusieurs bières ensemble. L’accusé comparait libre à son procès ; son mandat d’arrêt ayant été levé en mai 2018 après un peu plus d’un an de détention préventive. La session devrait durer sept jours. Une descente de la cour d’assises sur lieux, au Lac de Rabais, sera organisée lors du procès le vendredi 25 juin.