Un Bouillonnais de 66 ans vient d’être condamné à 7 ans de prison pour viol, attentat à la pudeur et coups et blessures sur trois mineurs d’âge qui lui avaient été confiés.

 Parmi les victimes, un adolescent d’une quinzaine d’années qui avait été placé chez le prévenu sur décision judicaire. Et ce alors que le sexagénaire avait déjà été condamné à 4 ans de prison pour des faits de pédophilie. « La justice doit pouvoir faire son mea-culpa », estimait le substitut du procureur Alexandre François dans son réquisitoire devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau. 

« Le prévenu faisait office de famille d’accueil : il doit y avoir eu un couac dans la procédure. » L’adolescent recevait des cadeaux en échange de faveurs sexuelles. Des faits qu’il finira par dénoncer quelques années plus tard en comprenant que son hôte s’en prenait également à d’autres enfants sous le même toit. Dont la petite sœur de l’adolescent quand elle venait lui rendre visite. Mais aussi la copine de cette dernière. Les fillettes avaient respectivement 10 et 12 ans à l’époque. Là encore, le prévenu leur donnait de l’argent et leur achetait des cadeaux en échange de faveurs sexuelles. Mais pas seulement. Il leur interdisait de retourner dans leur chambre et les faisait dormir par terre si elles ne s’y prenaient pas correctement. Il les insultait, les frappait, les empoignait à la gorge. « C’était plus fort que mois quand j’avait un verre dans le nez », expliquait-il durant l’instruction d’audience. « Sinon, j’étais quelqu’un de tout-à-fait correct. » 

Le rapport psychiatrique fait toutefois état d’une pédophilie bien ancrée, de tendances psychopathiques et d’un risque de récidive élevé. Le tribunal correctionnel de Neufchâteau a donc condamné le prévenu à 7 ans d’emprisonnement ferme.