Un contrôle de police de grande ampleur s’est déroulé en province de Luxembourg, samedi de 16 h  à minuit. Cette opération, qui a mobilisé des effectifs de la police fédérale et de la route, des zones de police locales, des maîtres-chiens et plusieurs hélicoptères en appui aérien, visait les vols, la sécurité routière, les stupéfiants, avec une attention particulière portée au respect des mesures Covid.

A Offagne (Paliseul), peu avant minuit, la police a mis fin à une fête clandestine organisée dans un gîte. Les policiers ont constaté que 70 fêtards s’y trouvaient. Certains ont pris la fuite. 42 participants ont néanmoins pu être identifiés. L'organisateur, un habitant de Dilbeek né en 1996, s’est vu infliger une perception immédiate de 750 euros. Pour les autres, l'amende s’élève à 250 euros par personne. Le parquet devrait envisager des suites.

Le propriétaire du logement de vacances, d’une capacité de 14 personnes, est en colère.  " J’ai confié la location à la société Airbnb", explique-t-il. «Ce gîte a été loué, du vendredi au dimanche soir, à six personnes. J’habite dans le village : je n’ai pas constaté qu’il y avait plus de monde que prévu."

En effet, il semble que les fêtards soient arrivés à la nuit tombée.  " La police m’a prévenu et m’a expliqué qu’elle avait ordonné  à ces individus de quitter les lieux dimanche avant 9 h. Quand je suis arrivé sur place, vers 10 h, certains étaient toujours présents, en état d’ébriété, ou endormis. Les participants étaient originaires de Flandre, des Pays-Bas et de France. J’ai constaté qu’il y avait de gros dégâts : un meuble de la salle de bain a même été démonté. Mon gîte a été dévasté !"

Le propriétaire précise que le deuxième logement de vacances équipé d’une piscine, situé dans le prolongement du premier n’a, heureusement, pas été endommagé. "Ces deux gîtes ne sont loués que depuis un an et demi. Il n’y avait jamais eu de problème avant ce week-end. J’envisage de retirer la gestion à Airbnb", conclut-il.