L’ancien échevin, dont le visage a été tagué sur les affiches, reste motivé. Il vise le mayorat

Deux listes s’affronteront le 14 octobre à Tintigny : Commune en vie, emmenée par le député-bourgmestre sortant, Benoît Piedbœuf, et Passion Commune, conduite par François Maréchal. Une campagne électorale mouvementée pour l’ancien échevin avec, en toile de fond, la crise de la peste porcine africaine.

Vos affiches ont été taguées. L’auteur a été interpellé à la suite du dépôt de plainte ?

"Pas encore. J’étais clairement visé puisque sur toutes les affiches placées dans les villages avec, à chaque fois, un candidat différent à côté de moi, je suis le seul à avoir été tagué. Ce style de tag est explicite : on a tagué mon visage avec de la couleur rouge comme si on m’avait tiré une balle dans la tête. Ce n’est pas un tag anodin : c’était une menace de mort."

Vous avez des ennemis ?

"Pas que je sache. Certains ont, peut-être, fait l’amalgame avec le parc à sangliers de mon père et la peste porcine africaine. De fausses informations ont circulé à ce sujet : ce parc est tout à fait légal et parfaitement sain. Ni mon père, ni moi, ne sommes responsables de ce qu’il se passe actuellement en Gaume."

Vous avez reçu d’autres menaces ?

"Heureusement, non. Au contraire, lorsque je me rends dans les villages dans le cadre de la campagne électorale, les gens me soutiennent et me réconfortent. Ils me disent que je ne mérite pas ça et m’encouragent à poursuivre. En 2012, il n’y avait qu’une seule liste. Cette fois, les électeurs auront le choix entre la mienne et celle du bourgmestre sortant."

Quel est votre état d’esprit à moins de 15 jours du scrutin ?

"Je reste motivé car nous avons un beau programme à la hauteur de nos ambitions, à savoir renverser le groupe du bourgmestre Benoît Piedbœuf. Je vise le mayorat. J’ai été échevin de 2006 à 2012, 1er échevin de 2012 à septembre 2016. Le collège m’a écarté de l’échevinat sous prétexte de mauvaise gestion alors que je n’avais rien à me reprocher. Depuis, je ne siège plus au conseil communal."