Jeudi, le tribunal correctionnel de Neufchâteau a condamné un Valsûrois de 63 ans à 8 mois d’emprisonnement, dont 5 avec sursis, pour coups et blessures sur sa compagne. Il lui a porté un gifle tellement violente qu’elle est tombée sur le frigo avant de perdre connaissance. C’est ce que déclarait la victime aux enquêteurs à l’époque. 

Au moment de témoigner devant le tribunal pourtant, la dame s’est rangée derrière son compagnon pour dire qu’elle était simplement tombée. « J’avais bu un petit coup », explique-t-elle. « Je me suis levée, j’ai trébuché. Ça m’arrive souvent… Je ne sais pas ce que j’ai raconté ce jour-là, j’étais dans les vapes. » Interrogée sur ce revirement de situation, la dame dément avoir voulu protéger son compagnon, dont elle est aujourd’hui séparée. De son côté, le prévenu conteste les faits, même s’il reconnaît avoir déjà battu sa femme à l’une ou l’autre reprise par le passé. 

Le tribunal n’a finalement pas tenu compte du volte-face de la victime à l’audience. « Lorsque les verbalisants se rendent au domicile de la victime, ils constatent qu’elle présente un hématome à l’œil droit », peut-on lire dans le jugement prononcé jeudi. Une lésion constatée par un certificat médical rédigé quelques jours plus tôt. « Si la victime avait voulu nuire au prévenu par une fausse accusation, elle n’aurait pas attendu 4 jours avant d’utiliser ce certificat médical. Ceci témoigne plutôt d’une hésitation à déposer plainte contre lui, et de l’emprise que ce dernier avait sur elle. » 

Les deux protagonistes sont aujourd’hui séparés, même s’ils restent amis. « Cela ne justifie pas que la victime change ses déclarations pour « sauver » le prévenu », estime le tribunal. Le sexagénaire écope de 8 mois d’emprisonnement, dont 5 mois avec sursis, ainsi qu’une amende de 400€ assortie d’un sursis partiel.