Le collège communal de Marche-en-Famenne et l’ASBL des Amis du rail, représenté par Michaël Jacquemin, réunis en visioconférence ce jeudi, déplorent et contestent la décision de confirmation de la SNCB et du ministre fédéral de la Mobilité de restreindre l'horaire d'ouverture du guichet de la gare de Marloie. Cet horaire sera réduit de 4 heures par jour à partir du 1er mars.

Le collège et les Amis du rail estiment qu'il s'agit d'une nouvelle atteinte grave à l'offre de service public en milieu rural. La gare de Marloie, pour rappel, est la troisième gare de la province de Luxembourg en nombre de voyageurs : 1600 par jour.

"Marche-en-Famenne est le deuxième pôle d'emploi en Wallonie en termes de ratio par rapport à sa population, avec 12.500 salariés et 1500 indépendants", rappelle le bourgmestre, André Bouchat.  " C'est aussi un pôle administratif et scolaire de premier plan. Notre commune a été consacrée comme pôle rayonnant par le Schéma de Développement territorial élaboré par le Gouvernement wallon, statut qui est ici déforcé, voire nié par cette décision de la SNCB et du gouvernement fédéral."

L'échevin de la Mobilité, Nicolas Grégoire, regrette que  " dans son plan d'investissement 2021-2023, la SNCB n'a prévu aucun projet visant la gare de Marloie alors que toutes les autres gares d'importance de la province de Luxembourg sont servies. Il est pourtant indispensable de poursuivre les efforts jusqu'à présent portés par la ville et l'OTW (TEC) pour améliorer l'accessibilité de la gare (gare de bus, navettes de bus, liaisons lentes, parkings vélos...)."

Ensemble, le collège communal marchois et l'ASBL des Amis du rail demandent donc à la SNCB et au ministre de la Mobilité de revoir leur copie et de garantir une offre de services en gare de Marloie et des investissements en adéquation avec son statut de gare majeure sur la ligne 162 Bruxelles-Luxembourg.