Le tribunal correctionnel de Neufchâteau a condamné un Beaurinois d’une trentaine d’années à 3 ans de prison. Recherché pour un braquage, l’homme s’était engagé dans une course-poursuite avec la police de la zone Semois-et-Lesse. 

Lancé à plus de 120km/h sur de petites routes de campagne, le fuyard avait enchaîné les dépassements dangereux, évité un piéton de justesse et frôle la collision frontale à plusieurs reprises. La cavale s’était soldée par un accident. La voiture de police était partie en tonneaux, celle du prévenu s’était immobilisée sur le côté. Bilan : deux policiers blessés. Quant au chauffard, il en avait profité pour se rouler un joint sur son siège. 

La défense sollicitait un sursis probatoire avec prise en charge dans un hôpital psychiatrique. « Ce type est un danger pour lui-même et pour les forces de police », soulignait son avocat François Leboutte. « Pour le calmer, il faut une prise en charge. Sinon, il recommencera. Et dans quelques années, on le retrouvera contre un arbre. Ou il crèvera de ses problèmes de dépendance. »

 Le tribunal a finalement opté pour une peine de prison ferme, tout en soulignant la nécessité d’une prise en charge hospitalière. « Si les mesures probatoires s’avèrent utiles à éviter la réitération de tels faits et à solutionner la dangerosité du prévenu, elles pourront être mises en œuvre dans le cadre de l’exécution et suite à une décision du T.A.P. », peut-on lire dans le jugement.