Jeudi, le tribunal correctionnel de Neufchâteau a requis 5 ans d’emprisonnement avec sursis probatoire à l’encontre d’un Bertrigeois de 64 ans pour attouchements sur une gamine de 8 ans. La fillette était tombée à vélo devant chez lui. « Je me suis avancé pour la relever. Quand j’ai senti son petit corps contre le mien, j’ai eu une pulsion sexuelle », expliquait-il durant l’instruction d’audience.

Placé en détention préventive, le prévenu bénéficie actuellement d’une libération conditionnelle. « Nous avons là une personne dangereuse en liberté », estime Alexandre Mignon, l’avocat des parents de la fillette. « Il se justifiait en affirmant que c’est elle qui l’avait chauffé, qu’elle le provoquait. » Le prévenu aurait depuis lors fait amende honorable et reconnu sa responsabilité, affirme son avocat François Fadeux. « Mon client n’a pas le profil d’un détenu. Handicapé sur le plan physique et mental, il doit être soigné dans un établissement psychiatrique. »

Condamné il y a plusieurs années pour des faits similaires, le sexagénaire avait déjà fait l’objet d’un suivi. Mais ses démons l’avaient rattrapé une fois le traitement interrompu. Son avocat à sollicité un sursis probatoire. Parmi les conditions envisagées, la partie civile demande que le prévenu ne se trouve plus devant chez lui à la sortie des classes. Il habite toujours le même village que l’école fréquentée par la victime.