Le prévenu a affirmé devant le tribunal de Marche l’avoir fait pour éviter que l’adolescent ne viole ses camarades de classe.

Un père de famille de 55 ans vient d’écoper de 5 ans de prison devant le tribunal correctionnel de Marche pour avoir violé son fils de 12 ans. Le prévenu a partiellement reconnu les faits. Il aurait laissé son fils le pénétrer, mais il estime ne pas l’avoir violé pour autant. Selon le quinquagénaire toujours, l’adolescent en aurait fait la demande lors d’une conversation père-fils sur la sexualité. Un adolescent déjà victime d’abus sexuels dans sa famille par le passé, et qu’une enquête scolaire réalisée dans le cadre de l’affaire présente comme un véritable pervers sexuel.

Entendu par un centre de santé mentale, le prévenu avait été jusqu’à mettre les faits sur le compte de son fils et de sa sexualité dépravée. Il affirmait avoir accepté pour éviter que l’adolescent n’expérimente sur des camarades de classe non-consentants. L’intéressé a également été reconnu coupable d’attentat à la pudeur sur son fils de 12 ans, mais aussi sur son deuxième fils, âgé d’une dizaine d’années à l’époque. La défense avait sollicité un sursis probatoire. « Monsieur ne se résume pas à ce dossier », avait souligné son avocat Sylvain Danneels. « Il a également des filles qui n’ont jamais eu à se plaindre de lui. Il a été quelqu’un qui pouvait être un bon père de famille et un bon travailleur. » Le tribunal a finalement assorti la peine de prison d’un sursis probatoire de 24 mois. Parmi les conditions imposées, se soumettre à un suivi spécialisé et ne plus entrer en contact avec ses fils et leur mère.