Luxembourg Le prévenu affirme que l’adolescent était demandeur

Un homme de 55 ans est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Marche pour le viol de son fils de 12 ans. Les faits se sont produits dans la région de Tenneville, au domicile familial.

"Nous étions dans la salle à manger et mon fils a commencé à me poser des questions sur la sexualité", explique le prévenu lors de l’instruction d’audience. "Il m’a dit qu’il aurait voulu essayer avec moi, mais qu’il n’avait jamais osé me le demander. Je lui ai répondu que cela ne se faisait pas. Mais on a continué à discuter."

Jusqu’à ce que la conversation prenne une tournure beaucoup plus concrète. "Je lui ai dit que s’il voulait essayer quelque chose sur moi, c’était d’accord. Je l’ai laissé me pénétrer et on s’est masturbé chacun de notre côté. Mais sans se toucher. Les jours ont passé, et on n’est jamais revenu sur la question."

Le père assure que les rapports étaient pleinement consentis, mais qu’il n’y a pas participé de manière plus active. "J’aurais été incapable de faire ça à mon fils."

Outre le viol, le prévenu doit également répondre d’attentat à la pudeur sur ses deux fils. L’avocat de la défense, Sylvain Danneels, ayant l’intention de demander des mesures probatoires, plaidoiries et réquisitoire ont été reportés pour permettre au tribunal de solliciter l’avis d’un centre spécialisé.