Luxembourg


Point de tension palpable ce mercredi soir dans la salle qui accueillait les habitants de la commune et le promoteur ASPIRAVI. Au menu, une présentation du projet éolien par la société flamande. Pourtant, des questions habituelles de la part des riverains qui ne veulent aujourd’hui plus entendre parler du moindre projet éolien sur leur territoire ont fusé.

« Mon sentiment? Dans l’absolu, je ne suis pas contre l’éolien. Ce qui me dérange, c’est la mainmise des sociétés qui savent que l’éolien actuel n’est pas rentable. On nous prend vraiment pour des idiots. Je dis que ces promoteurs sont chez uniquement nous pour chasser des certificats verts. Cela me met en rage, quand on sait que c’est le peuple qui paye au final », confie André Henrotte. Ce dernier habite à quelques centaines de mètres d’une future éolienne…si le projet aboutit un jour.

Hier soir, il n’a pas eu le sentiment d’avoir été écouté par le promoteur. « Ils se foutent tous de nous. ASPIRAVI nous a même présenté des clichés que nous avions vu la semaine précédente. Clichés pris et présentés par EDF/Luminus (un autre promoteur). Ils ont fait du copier/coller et nous disent être à notre écoute. Quand on leur a posé la question de savoir s’ils allaient prendre en compte nos revendications, ils ont d’abord répondu qu’ils étaient là parce que la loi les y oblige. Incroyable. Et pourquoi déjà signer des contrats avec les propriétaires de terrain si l’étude d’incidence n’a pas encore démarré? On se sent vraiment abandonné dans ce pays. La Province de Luxembourg, c’est devenu la colonie de la Région wallonne. On aime bien y venir en vacances. Pour le reste, c’est : démerdez-vous! », conclut-il. Heureusement, la commune de Léglise est à l’écoute de ses citoyens.

Le bourgmestre apporte plus de précisions sur la suite des opérations. « Le collège a recherché une solution et, renseignements pris, il en existe une : c'est le S.O.L. (Schéma d'Orientation Local). La vérification est en cours au service de l'urbanisme à Arlon. Il y a des étapes à respecter. Le collège prend ce vendredi la décision de principe de lancer le SOL, confirmée par le Conseil Communal du 27 février. Une modification budgétaire sera mise en place pour financer ce SOL, avec subside possible de 60 %. Ce schéma d'orientation doit être mis en oeuvre dans les 3 ans. Ce sont donc 3 années de blocage. Le Schéma d'Orientation Local a pour but, comme les habitants, de mettre de l'ordre dans ces projets. Cela permettra au Conseil Communal de voter un nouveau cadre éolien communal et réadapter l'argumentation ( NDLR: l’ancien a été voté en 2013 et les conditions ont changé, cfr la taille des machines). En conclusion, pas de permis avant un bon moment. Et quand un permis sera délivré, il sera la suite d'une réflexion globale permettant une vue d'ensemble de tous les éléments », confie Francis Demasy.

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR

© DR