Un jeune homme d’une vingtaine d’années comparaissait mardi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour l’incendie de son domicile à Bastogne. Le prévenu habitait les lieux avec sa mère. Tous deux étaient absents quand les pompiers sont arrivés pour maîtriser ce qui s’est finalement limité à un début d’incendie au départ d’un divan et d’un matelas. La dame s’était rendue à un rendez-vous médical. Lui, à la salle de sport. 

Le fait qu’il soit le dernier à avoir quitté les lieux le désigne comme le principal suspect. « Un début d’incendie avait déjà eu lieu la veille, 30 minutes après le départ de Madame et son fils », souligne le substitut du procureur. "Le même scénario s’est réitéré le lendemain. La porte avait été verrouillée. L’incendiaire devait donc disposer des clés. » Le principal intéressé conteste. Son éventuel mobile reste d’ailleurs inconnu. Pour la défense, le dossier repose sur des suppositions. « Et si c’était la maman ?", interroge l’avocat. "Vous pouvez écrire ce dossier dans tous les sens, vous ne pourrez pas répondre à cette question par la négative avec certitude." La défense demande l’acquittement. Le parquet, 6 mois de prison. Jugement le 15 juin.