Ce mercredi après-midi, c’est une scène d’une rare violence qui a eu lieu entre les forces de l’ordre et une dizaine de jeunes (18-19 ans) de la région. De passage dans une rue, un premier agent voit plusieurs personnes regroupées. Il demande donc aux jeunes de se disperser, car il faut bien respecter les mesures covid et les gestes barrières. C’est la loi. Il quitte ensuite les lieux. Quelques minutes plus tard, une autre patrouille arrive et constate que les individus ne se sont toujours pas dispersés. C’est là que les choses dérapent. 

"Les agents ont privilégié le dialogue. Mais l’alcool en avait apparemment abimé certains. Ce fut ensuite l’escalade de la violence. L’un des jeunes s’est emporté. Deux agents ont été projetés au sol, les autres membres de la bande ont suivi. Les agents ont reçu plusieurs coups au niveau du dos. Ils n’ont pas de graves séquelles, mais ils sont choqués. L’un d’eux m’a dit qu’il ne pensait pas recommencer le travail. Il faudra voir comment ils évolueront, psychologiquement parlant", explique le commissaire de la zone Semois et Lesse, Olivier Bouchat. 

Une situation historique, selon lui. Un cas unique à Daverdisse, mais qui témoigne d’une violence (surtout) verbale que les forces de l’ordre constatent de plus en plus sur le terrain ces dernières années. Et une violence physique depuis cette semaine. "De nos jours, la mentalité des gens est différente. On a l’impression que le citoyen prend les forces de l’ordre, le bras de droit de la justice, pour se défouler. Ces gens pensent qu’Instagram ou Facebook sont de vrais médias et ils fustigent les vrais journalistes. Idem avec les politiciens : tous corrompus, selon eux ! Ce n’est pas nécessairement en rapport avec la crise sanitaire que ce genre d’attitude a lieu. Je le vois depuis des années. Ça se dégrade. Mais c’est clair que même dans un village de 1 000 habitants, une bagarre d’une telle ampleur peut arriver", confie-t-il. On rappelle que 3 personnes ont été privées de liberté suite à cet incident. Gageons que la jeunesse en question a bien retenu la leçon et que ce genre d’incident ne se produira plus.