Mercredi, des photos prises lors d’un contrôle de police à Barvaux-sur-Ourthe (Durbuy) ont circulé sur les réseaux sociaux. Le commissaire divisionnaire Daniel Sommelette, chef de corps de la zone de police Famenne Ardenne, vient de réagir dans un communiqué.

"Des images montrant l’interpellation d’une personne ont circulé sur les médias sociaux, générant de nombreux commentaires, parfois très virulents à l’égard de nos collègues", souligne-t-il.  "Devant ces comportements de plus en plus fréquents, nous ne pouvons restés silencieux face à ce déferlement de violence à l’égard de nos policiers."

Le commissaire divisionnaire rappelle que si un policier doit procéder à l’interpellation d’une personne, cela se fait toujours parce que la situation et les faits l’y obligent, sur base d’une législation très précise.  " L’usage de la contrainte ou de la force n’est possible que dans les conditions strictement prévues par la loi et doit toujours être raisonnable et proportionné à l’objectif poursuivi. Les policiers de terrain sont d’ailleurs formés, tout au long de leur carrière, à la maitrise de la violence."

Il précise, par ailleurs, que  "quotidiennement, les équipes de police réalisent des contrôles et assurent une visibilité importante afin de sécuriser les douze communes de la zone Famenne Ardenne. Cette présence renforcée sur le terrain permet de lutter contre l’insécurité routière, les vols dans les habitations, la délinquance, … avec pour seul et unique but de renforcer la sécurité au profit de l’ensemble de notre population."

 "Dès lors, diffuser des images d’une interpellation policière, sorties de leur contexte, ne tend qu’à décrédibiliser l’image de la police, déjà fort décriée ces derniers temps", poursuit-il. " Les violences policières existent, au même titre que les violences à l’égard de la police, personne ne remet cela en question. Cependant, il existe des procédures légales, dans les deux cas, qui permettent à la personne ou au policier lésé de faire valoir ses droits de manière appropriée. Ce qui n’est nullement le cas d’une diffusion unilatérale sur les réseaux sociaux. Cette pratique est, d’ailleurs, punissable par la loi."

" Chaque jour, les policiers, à l’instar de tous les services de secours, sont présents sur le terrain, confrontés, la plupart du temps, à des situations de plus en plus difficiles, violentes, parfois en prenant des risques importants pour leur intégrité physique, et ce, avec comme objectif premier d’être au service de tous. La police, et tous les services de secours en général, méritent donc davantage de soutien de leurs citoyens que de critiques gratuites et injustifiées", conclut-il.