C’est un cri du cœur, un coup de blues, un message symbolique et aussi de mal être que la députée provinciale Nathalie Heyard (PS) vient de partager sur sa page Facebook. "Atteinte d’une surdité profonde à gauche et sévère à droite, je souffre de cette situation depuis longtemps…et tout particulièrement en ce moment, vu les mesures sanitaires que chaque citoyen doit respecter", dit-elle. 

Et ce n’est pas facile tous les jours de porter le masque, quel que soit son handicap. Exemple lundi dernier, lors de la commission budgétaire, la députée ne se sentait pas trop à l’aise dans l’auditoire. "En tant que députée, je me dois de pouvoir répondre à toutes les questions. Pourtant bien préparée, c’est quand même avec un peu d’appréhension que je m’y présente. Il y a bien un micro, mais ce n’est pas suffisant. Les questions fusent. Pas facile d’entendre quand quelqu’un parle avec son masque. Je fais répéter une fois…je n’ai pas compris…je fais répéter une deuxième fois…je n’ai toujours pas compris… je n’ose plus faire répéter… je suis gênée… je perçois bien l’agacement de certains… habituellement je lis sur les lèvres… ", confie-t-elle. 

Nathalie Heyard est perdue, déstabilisée. Quelques jours plus tard, les mots utilisés sont durs. "Humiliée, tellement handicapée", dit-elle pour décrire son état. Elle qui n’a pas l’habitude de se plaindre, qui fonce sans se poser de question…Heureusement, elle reçoit pas mal de soutien de la part de ses proches et des personnes qui la côtoient dans son travail. Une déferlante de messages positifs également sur les réseaux sociaux. "Mon message ? Pour faire avancer les choses. Je pense à toutes ces personnes avec un handicap qui souffrent en ce moment. Qui n’osent parfois plus sortir de chez elles, qui ont peur du regard des autres, etc.. Quand tu te bats pour l’inclusion, tu dois dénoncer pour tous ceux qui sont dans ta situation", dit-elle. Plus motivée et passionnée que jamais, elle ne va rien lâcher…