Luxembourg

Le prévenu, chauffard multirécidiviste, risque 4 ans de prison et 8 000 euros d’amende pour diverses infractions routières.

Face au juge Naze, Laurent ne fait pas le fier. Il explique d’abord sa profession, comme pour minimiser ce qu’il a fait. « Je roule beaucoup. Je suis consultant informatique au Luxembourg. Je travaille notamment pour le Parlement Européen », dit-il. Le juge lui signifie, sèchement, que cela lui fait une belle jambe de le savoir dans le cadre de cette affaire. « Dorénavant, vous irez travailler à pied », lui lance-t-il. Place aux faits. Assez graves, mais surtout redondants dans son chef. « C’est déjà la neuvième fois que vous vous retrouvez devant le tribunal. Une fois de plus, pour conduite en état d’ivresse. Que va-t-on faire de vous ? Je ne vois plus de solution », poursuit le juge. 

Laurent, ce soir-là, avait une fois de plus bu. Et pas qu’un peu. Il n’était même pas 18h30 qu’il avait déjà plus d’un gramme d’alcool dans le sang. « Vous êtes ivre à longueur de journée ! Vous ne vous arrêtez jamais de boire », ajoute le juge, dépité et qui hoche la tête en regardant les autres magistrats présents. Le prévenu est aujourd’hui divorcé et a un enfant. Il est déjà passé par la case prison pour des faits similaires en 2017, à la prison d’Arlon et à Marche. « Je ne veux plus retourner en prison. J’ai passé environ 5 semaines en tôle. Je veux bien payer l’amende mais je souhaite conserver mon permis de conduire. Et depuis 2018, je ne bois plus », marmonne-t-il. Ce n’est pas vraiment ces paroles qui ont l’air de convaincre les magistrats. Le parquet n’en a cure. Il requiert une peine exemplaire : cumulé, le montant des infractions s’élève à 8 000 euros. Somme qui a déjà été, en partie réglée par le prévenu. La déchéance de son permis de conduire et 1 an de prison. Assortis de quatre examens à passer : un examen/suivi psychologique et médical et repasser le permis de conduire (théorique et pratique). Le tout avec un sursis. Le jugement sera rendu le 16 octobre.