L’Écailler marchois ouvrira rue des Tanneurs à Marche-en-Famenne le 26 avril. Annoncée pour la mi-janvier, l’ouverture a été postposée car les travaux d’aménagement de l’ancien restaurant n’étaient pas finis.

"Les travaux sont presque terminés, explique Jess De Santa Maria, 24 ans. Il reste à installer le comptoir réfrigérant et à finir la peinture. Les délais de livraison des matériaux et du matériel Horeca ont été allongés en raison de la crise sanitaire."

La campagne de crowdfunding lancée à la mi-septembre lui a déjà permis de collecter 12 500 euros alors qu’il s’était fixé comme objectif initial d’atteindre la barre des 10 000 euros. "Ce soutien financier me fait très plaisir, sourit-il. L’investissement est bien sûr plus élevé mais c’est grâce à cet argent que j’ai pu obtenir un prêt bancaire. Je continue à recevoir des marques de sympathie, en particulier de commerçants marchois. En effet, hormis les rayons dans les supermarchés, il n’y a pas encore de poissonnerie en ville."

L’Écailler marchois ne proposera que des poissons et des fruits de mer labellisés ASC (Aquaculture Stewardship Council) et MSC (Marine Stewardship Council). Des labels qui garantissent que les produits de la mer ont été pêchés durablement, en respectant les stocks de poissons et les écosystèmes marins. "Dans un premier temps, je serai approvisionné tous les deux jours, précise-t-il. Les produits proviendront de Boulogne-sur-mer ainsi que de la criée d’Ostende et de Zeebrugge."

Pour rester dans la démarche écoresponsable, il proposera aussi des emballages en papier ainsi que des pots en plastique recyclable pour les plats traiteurs et les tartinables. Les clients pourront amener leurs propres contenants afin de limiter encore plus l’utilisation de plastique.

Les contreparties des dons, comme un plateau de fruits de mer pour 40 euros, seront remises une semaine après l’ouverture.

N.L.