Le bourgmestre demande à Proximus d’appliquer le principe de précaution

L’annonce du lancement de la 5 G par Proximus sur une partie du territoire de la commune de Vielsalm, en pleine crise du coronavirus, a suscité de vives réactions.

De nombreux Salmiens, inquiets pour leur santé, ont interpellé le bourgmestre Elie Deblire.

"Des Salmiens m’ont fait part de leur inquiétude et je les comprends", explique-t-il. "Le timing était, en effet, très mal choisi, pour une telle annonce. Le collège a décidé de réagir en envoyant un courrier à l’opérateur qui a mis les communes devant le fait accompli. En effet, en réunion du collège, nous n’avons vu passer aucune demande précise. Proximus a donc bien amené ce dossier sans transparence ni concertation avec les communes concernées."

Le bourgmestre précise que depuis le lancement de la 5 G, la commune a reçu quelques précisions de Proximus. "Pour le déploiement actuel, l’opérateur affirme avoir utilisé les antennes existantes ainsi que les fréquences utilisées précédemment pour la 3 G. Cela signifie que rien ne change en matière de puissance d’émission. Des fréquences plus élevées seraient mises à disposition plus tard pour la 5 G."

Dans le courrier envoyé à l’opérateur, le collège lui demande d’appliquer le principe de précaution et de ne pas augmenter la puissance d’émission car si certaines études démontrent qu’il n’y a aucun risque pour la santé, d’autres disent l’inverse.

La commune de Vielsalm entend profiter de cette communication avec la firme pour réclamer davantage d’investissements afin d’obtenir partout la fibre optique qui est la première garantie d’être correctement connecté au monde extérieur et sans danger pour la santé.

"Dans notre commune, il y a encore quelques zones blanches où il est impossible d’utiliser un GSM", rappelle le bourgmestre salmien. "Certains opérateurs disposent d’antennes à des endroits où d’autres n’ont pas de réseau et inversement. C’est pourquoi, nous réclamons des accords entre opérateurs pour que tous les pylônes existants soient mis à la disposition de tous les opérateurs."

Nadia Lallemant