Luxembourg Le taux de captation en porte-à-porte est plus élevé que dans les Recyparcs.

Depuis mars 2017, les PMC sont collectés en porte-à-porte à Bastogne, Arlon et Lierneux. Tous les quinze jours, les habitants de ces communes peuvent déposer devant chez eux, dans un sac bleu, les bouteilles et flacons en plastique, les emballages métalliques et les cartons à boissons. Une expérience pilote dont la durée a été fixée à trois ans.

En 2020, cette collecte sera généralisée aux 55 communes luxembourgeoises et liégeoises de l’intercommunale AIVE. "Le bilan de ce test, après deux ans, est très bon", indique Pierre Collignon, directeur logistique de l’AIVE. "Grâce à cette collecte, on atteint un taux de captation de 15 kg par an et par habitant, comme au niveau national, alors que dans nos Recyparcs le taux ne dépasse pas 10 kg car une partie se retrouve dans les déchets résiduels. On constate, par ailleurs, que la qualité des matières récoltées est meilleure. Il n’y a, en effet, que 9 % de résidus contre 15 à 20 % dans les conteneurs."

À la demande de Fost Plus, l’association née de l’initiative prise par le secteur privé pour financer, coordonner et promouvoir la collecte sélective, le tri et le recyclage, il est prévu d’ajouter d’autres déchets aux PMC. "Dès l’an prochain, les pots de yaourts et les barquettes de beurre, par exemple, se retrouveront dans les sacs bleus avec les emballages en plastique", précise Pierre Collignon. "De nouvelles consignes de tri seront données aux habitants. Cette nouvelle collecte sera distincte du ramassage des duo-bacs et des sacs biodégradables et translucides destinés à la fraction résiduelle." Ainsi, les gestionnaires des Recyparcs récupéreront de la place pour développer de nouvelles filières de recyclage. "Des tests sont en cours pour permettre, entre autres, le dépôt du plâtre dans des conteneurs adaptés de quatre à cinq mètres cubes ainsi que des encombrants non combustibles comme la laine de roche et les blocs Ytong", conclut le directeur logistique de l’AIVE.