Luxembourg

Le chef de file des Verts, Romain Gaudron, a analysé la qualité de l’air dans la ville d’Arlon. Selon lui, il est temps de s’inquiéter car l’air n’est pas bon. "Pour la Belgique, il est estimé que 10.000 personnes décèdent annuellement des conséquences de la pollution de l’air. Notre groupe a voulu savoir ce qu’il en était à Arlon (voir tableau annexe). Les résultats que notre groupe a relevés à plusieurs reprises font ressortir un taux de pollution particulièrement inquiétant dans notre centre-ville. Où ? Devant les écoles, devant la gare, dans le piétonnier notamment. Nous nous permettons de qualifier les résultats comme étant particulièrement inquiétants. Les seuils suggérés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sont très fréquemment dépassés", confie-t-il.

Face à ce constat, il a interpellé la majorité en place pour savoir quelles solutions elle comptait adopter pour améliorer l’environnement des arlonais. Une solution, bien évidemment, pas toute simple à trouver. C’est l’échevin Kamal Mitri qui s’y est collé.

"C’est évidemment toute une politique globale qu’il faut mettre en place pour aborder la question. Dans une premier temps, nous allons implanter des capteurs sur les prochains panneaux d’information qui seront mis en place un peu partout dans la ville. Ils nous donneront en temps réel la qualité de l’air. Bien évidemment, ce ne sera pas suffisant. Un plan favorisant la mobilité douce doit ensuite être mis en place. Promouvoir le vélo, la marche à pied et les transports en commun. Il n’y a pas non plus de catastrophe à Arlon. Il y a parfois des pics de pollution, comme partout. Mais nous sommes mieux lotis que dans d’autres grandes villes. A nous maintenant de ne pas rester immobiles et d’agir pour éviter, justement, de détériorer notre environnement", dit-il.

Le groupe Ecolo + s’est réjoui que la question de la qualité de l’air ait retenu l’attention du Collège. "Nous serons attentifs à la mise en place des mesures avancées", conclut Romain Gaudron.

L.T.