A Rochehaut, la famille Boreux a construit un empire et continue de développer ses activités tout en préparant sa succession

Il fut un temps où le village de Rochehaut-sur-Semois ne voyait pas d’un très bon œil le développement des activités de Patricia et Michel Boreux. À l’Auberge de la ferme, on a toujours vu grand avec plusieurs dizaines de chambres d’hôtel, mais aussi des gîtes, le restaurant, la brasserie, le parc animalier, l’agrimusée et l’exposition d’engins agricoles, l’exploitation porcine et le parc à gibier pour l’usage du restaurant…


Une activité qui a contribué a développement du tourisme dans ce village offrant une vue imprenable sur la vallée et une boucle de la Semois. Les opposants d’hier sont devenus les bénéficiaires de cette attractivité touristique indéniable aujourd’hui.

En pleine saison, Rochehaut compte davantage de touristes que d’habitants ! Mais c’est en décembre que l’on se rend compte de l’étendue de la réussite de Patricia et Michel Boreux : tous leurs bâtiments sont reconnaissables à leurs décorations de Noël, qui éclairent les façades au niveau des corniches. Et même s’ils pourraient se reposer un peu, ils ne manquent pas de projets. "L’idée, c’est de proposer du nouveau, de donner aux gens l’envie de revenir sans créer de grands bouleversements", explique le chef rendu populaire par l’émission de cuisine Tables et terroirs.


Et les projets ne manquent pas pour 2019 et 2020. "À l’endroit où se trouve le parking actuel, on va construire un parking souterrain, dix nouvelles chambres, un espace balnéothérapie, on va agrandir l’accueil actuel qui devient trop étroit…" énumère avec enthousiasme Eloïse, l’aînée des 3 enfants qui travaillent tous au sein de l’empire familial. Ils ont 20 ans à peine, mais leurs parents préparent déjà leur succession. "On sait qu’on s’entend à 3, mais ce ne sera pas forcément le cas dans quelques années avec les conjoints respectifs alors on est en train de scinder les activités pour que chacun reprenne une partie", dévoile Jordan, le plus jeune qui se destine à reprendre la cuisine tandis qu’Eloïse s’intéresse aux gîtes.

Restent le parc animalier et l’agrimusée. Qui iront dans le giron d’Arnaud, déjà responsable des animaux, qu’ils soient d’exposition ou de consommation. "Mais c’est un secteur à renforcer donc je suis en train de me former pour devenir brasseur et créer de nouvelles bières qui seront fabriquées dans la microbrasserie en construction", décrit le jeune homme.

Il adjoindra une petite ferme et une plaine de jeux clôturée qui permettra aux parents de profiter de la brasserie et de se détendre en faisant la visite et en prenant un verre ou un repas sur place. Sans oublier le domaine de Waillimont dont l’avenir dépendra de ce que le plan de secteur impose et de ce que l’urbanisme autorise.