Le bourgmestre Jacques Chaplier va-t-il céder la présidence du conseil communal ? Réunis en séance mercredi soir, nombre d’élus espéraient en apprendre plus sur la position du mayeur concernant la proposition formulée par le groupe Union Communale quelques semaines auparavant. Une proposition qui faisait suite à la conclusion très chahutée du précédent conseil, lorsque le bourgmestre avait levé la séance sans permettre à l’opposition de poser ses questions d’actualité. Interpellé à ce propos mercredi soir, Jacques Chaplier a finalement annoncé qu’il communiquerait plus tard. Pas de quoi bouleverser la séance du jour, qui s’est déroulée sans accroc malgré les tensions des dernières semaines. 

Le conseil s’est notamment penché sur le compte 2020 du CPAS. « On a vécu des moments très compliqués », souligne la directrice financière. « Le résultat est en diminution constante depuis quatre exercices, mais 2020 est incomparable tant l’impact de la crise a été fort. Heureusement, la dotation de la commune et les résultats des exercices antérieurs ont permis d’amoindrir le mali. Mais le prochain budget s’annonce compliqué. »

 Il fut également question de permaculture, avec la mise en place d’une formation certifiante dans le but d’aménager des potagers collectifs. Un projet salué à l’unanimité, mais dont l’opposition déplore le prix trop élevé. Soit 150€ par participant. « 150€, pour la commune, cela ne représente pas grand-chose. Mais cela peut constituer un frein pour les personnes qui n’en ont pas les moyens », souligne le conseiller Philippe Courard. « L’objectif est qu’un maximum de personnes suivent cette formation pour ensuite donner l’envie à d’autres de s’y mettre également. » La majorité campe sur ses positions. « Cela peut sembler cher, mais ce genre de formation certifiante n’est généralement accessible qu’à partir de 800€ », ajoute l’échevin des Finances, Simon Habran. « La gratuité a parfois tendance à déresponsabiliser », poursuit l’échevine Laura Debatty. « Sans oublier que le CPAS peut toujours intervenir au terme d’une enquête financière. »