Neuf communes ont voté contre en raison de l’augmentation de la dotation communale.

Ambiance électrique, mardi soir, à Bastogne, lors de la présentation du budget 2020 de la zone de secours Luxembourg. La proposition d’augmentation de 15 % de la dotation communale, soit une intervention globale des 44 communes à hauteur de 18 664 776 euros, a suscité une levée de boucliers, d’autant que la dotation continuera à augmenter pour atteindre en 2024 un montant de plus de 24 millions d’euros.

Le président de la zone, Vincent Magnus, a de son côté rappelé qu’en 2013, la dotation s’élevait déjà à 18,8 millions d’euros et qu’elle avait été ramenée à quinze millions en 2015 grâce à une participation financière plus élevée du SPF.

"Les pertes liées à la peste porcine africaine et aux scolytes grèvent de manières importantes les prochains budgets", a rappelé Patrick Adam, bourgmestre de Bouillon." Nous parviendrons à les équilibrer notamment grâce à des recettes fictives mais s’il faut débourser 15 % de plus pour les pompiers, nous serons mis sous la tutelle du Centre régional d’aide aux communes et nous devrons licencier du personnel. Le montant de la majoration correspond au salaire d’un universitaire."

Le bourgmestre de Saint-Hubert, Jean-Luc Henneaux, a déploré l’absence de vision à long terme et a proposé que l’augmentation soit limitée à 4 % en attendant d’y voir plus clair. Il a suggéré que l’éventuelle intervention financière complémentaire soit inscrite en juin 2020 en modification budgétaire. L’amendement a été rejeté par 25 voix contre dix.

Le député provincial Bernard Moinet ainsi que les représentants de 35 des 44 communes de la province de Luxembourg étaient présents au conseil de zone. Vingt-cinq ont approuvé le budget. Les communes de Chiny, Bouillon, Meix-devant-Virton,  Daverdisse, Paliseul, Saint-Hubert, Tellin, Virton et Wellin  ont voté contre. Florenville a approuvé l'amendement mais a voté le budget pour ne pas mettre en péril le fonctionnement de la zone.

Nadia Lallemant